A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
“ Si j’étais roi, je ferai de l’enfance...”
23/11/2017 | 11H43 GMT
 
Mon enfant, ton regard est le symbole d’une beauté dont l’infirmité humaine ne peut appréhender les couleurs. Comme un tissé de soleil, seule la grâce divine peut en connaitre les déclinaisons, sous les yeux attendris de ta chère et douce maman qui t’a si délicatement porté et mis au monde.
 
Mon enfant,
Si j’étais roi, je ferai de l’enfance un royaume ou tous les enfants seraient honorés. Je lotirai un domaine où le jeu sain et le rire innocent seraient loisirs. Si j’étais architecte je bâtirai une ville ou s’épanouiraient les enfants. Je construirai un empire ou ils seraient sous l’emprise d’un bonheur infini.
 
Si j’étais médecin, je me ferais soin pour tous les enfants. Soigner et guérir ces êtres innocents et délicats seraient mon unique dessein.
Si j’étais riche, j’étancherai la soif et je nourrirai tous les enfants. Et en tant que  père je prendrai soin des petits, je les éduquerai en les instruisant avec affection.
 
Si j’étais politicien, je leur apprendrai à défendre leurs idées et à être de bons citoyens. Je les protègerai contre les forts et les tentations adultes.  
 
Si j’étais avocat, je me ferai porte-voix auprès de ceux qui votent les lois pour défendre leurs droits.
Si j’étais religieux, je les mènerai sur le chemin de la vertu, le respect de la croyance d’autrui et la tolérance des autres.Si j’étais moraliste, je leur enseignerai la bonté et l’amour du prochain.
Si j’étais un saint, je leur ferai respecter leurs mères qui les ont nourris de leurs seins. Je leur montrerai combien elles sont saintes pour eux.
 
Si j’étais instructeur je leur apprendrai les sciences de la vie, le savoir-faire et le savoir être et comment rester dignes.
Si j’étais artiste, leur apprendrai à aimer les œuvres divines. Et musicien, je leur ferai écouter des mélodies d’amour qui feront danser leur cœur et leur ferai chanter en chœur.
Si j’étais clown, je leur ferai des numéros de cirque à leur arracher des fous rires innocents.
Si j’étais enfant je leur ferai aimer le présent et regarder le futur avec espérance. Et je resterai toujours sage, gage d’un beau présage.
Et si j’étais leur mère je ferai tout ce qui précède, en plus de les nourrir avec le précieux lait enfoui dans mon sein,  rien que pour leur salut. Mon enfant, la prunelle de mes yeux, le soleil de mes beaux jours.
 
Thierno Samba Abdoul Kane,
Administrateur chargé des Ressources humaines
UNICEF Sénégal
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Déclaration de Me Abdoulaye Wade : LE NOUVEL AEROPORT PORTE LE NOM DE BLAISE DIAGNE PARCE QUE...
FAUT-IL PAYER L’EAU A TOUBA ?
Le Sénégal, Terre d’Islam !
DE GAULLE A DAKAR LE 26 AOUT 1958, ET MACRON A OUAGA LE 28 NOVEMBRE 2017, MEME ARROGANCE COLONIALE FACE AUX PANCARTES DE LA JEUNESSE AFRICAINE !
Traite des négres en Libye : Entre le scandale, l’indignation et la révolte il y’a la lucidité
CATALOGNE : NATION DECLAREE INDEPENDANTE EN PARALLELE A L’APPLICATION DE L’ARTICLE 155 DE LA CONSTITUTION ESPAGNOLE
Lettre ouverte aux dirigeants d’Afrique
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22