A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
PAR Abdarahmane WONE - RADIOS COMMUNAUTAIRES ET PRESSE EN LIGNE
L’IMPERATIF DE LA FORMATION
05/08/2016 | 10H36 GMT
 
Les radios communautaires, et la presse en ligne en général foisonnent et sont devenues accessibles, presque, à tout le monde, d’où l’importance d’inviter les utilisateurs de ces média à une meilleure régularisation et  professionnalisation. Parce que l’animation à la radio comme le journalisme sont des métiers nobles qui accepteraient difficilement le manque de professionnalisme, porte ouverte à tous les dangers.  
 
De façon schématique, la radio diffuse des sons qui servent à divertir, à informer et à former.  Divertir, informer et former supposent une préparation et une formation à la base, même si pour certaines personnes au talent inné, la durée de la formation peut être plus courte. Car il s’agira tout simplement d’éveiller et de canaliser en elles le don naturel de communicateur. 
 
Cependant, il y a deux façons de maitriser les sciences de l’information et de la communication: la formation à  l’école et ou la pratique du métier, qui va de la collecte à la diffusion, en passant par le traitement de l’information.
 
Aujourd’hui, avec les technologies de l’information et la révolution cybernétique, presque tout le monde peut avoir le privilège de disposer d’une radio ou d’une télévision en ligne et de diffuser du son et des images. C’est ce phénomène qui explique la prolifération des radios en ligne à caractère villageois, communautaire et national. Leur résonnance est accentuée par les réseaux sociaux qui ont un effet multiplicateur des récepteurs, c’est-à-dire des personnes ciblées.  En un mot, tout le monde a la possibilité de se créer une audience et d’émettre des messages qu’il veut.  En soi, c’est une bonne chose car cela permet de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas et de briser le silence qui entoure certains crimes, certaines conspirations et certaines pratiques sociétales néfastes pour les êtres humains. Dans certains cas, la radio en ligne a favorablement participé à la formation d’une conscience citoyenne.
 
Par ailleurs,  autant les radios et télévisions classiques avaient et continuent d’avoir besoin d’être professionnelles, régularisées et normées, autant la presse en ligne doit être plus que jamais professionnalisée. Autrement, elle restera la porte ouverte à tous les dangers : elle peut être manipulée à des fins bassement humaines. Pire, dans certains cas, des personnes malintentionnées utilisent ces outils de communication pour  régler des comptes  personnels.
 
Aujourd’hui, on ne peut pas aller à contre-courant de l’histoire, les technologies de l’information  et leurs corollaires de radios et presse en ligne font partie de notre quotidien. D’où la nécessité d’initier  et  de former ceux qui ont choisi de faire de la radio en ligne, à l’éthique et à la déontologie qui régissent le noble métier d’informer juste et vrai. Cette formation ou initiation permet au moins de savoir et comprendre que le rôle d’un médium n’est pas seulement de diffuser des sons mais surtout de préparer des contenus qui obéissent aux normes professionnelles et d’éthique.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Par Mody NIANG
DU BON VIN FRANÇAIS POUR LE PRESIDENT MACRON !
LU POUR VOUS
MAMADOU DIA, UN HOMME D’ETAT EXEMPLAIRE
CISSE, LE «BENI»
Par Ndiasse SAMBE (rfi.fr)
COUPE DU MONDE 2018 : Pourquoi le Sénégal a attendu si longtemps ?
par Mohamed SALL SAO
QUELLE ISSUE POUR LE SENEGAL EN 2019 ?
PAR THIERNO BOCOUM
LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE KHALIFA SALL : DE LA MASCARADE JURIDICO-PARLEMENTAIRE !
VU D’AILLEURS - Par Son Excellence George Hodgson,
ACCES DES CONVOIS HUMANITAIRES AUX POPULATIONS SYRIENNES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22