Mise à jour: 16/02/2016 à 11H00 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
UNIVERSITE ASSANE SECK DE ZIGUINCHOR
LES ENSEIGNANTS RECLAMENT LE DEPART DU RECTEUR
Ignace NDEYE | 16/02/2016 | 09H47 GMT
 
La tension jusque-là latente prend des formes dynamiques de contestation,  à l’Université Assane Seck de Ziguinchor. Ce sont les enseignants du Saes qui chargent le Professeur Kourfia Diawara, recteur de l’Université et réclament son départ. Les enseignants, très remontés, dressent un réquisitoire sévère contre le recteur. Après une  correspondance de dépôt de bilan envoyée  au président de la République, ils ont sonné la mobilisation hier, mardi, pour décrier la mauvaise gestion financière, administrative et pédagogique de ce temple du savoir au bord de la banqueroute.
 
Entre les enseignants de l’Université Assane Seck et leur recteur, ça sent le roussi. En effet, ce sont des enseignants très en colère qui ont égrené un chapelet de griefs contre le recteur Kourfia Diawara qui, selon eux, plombe le développement de cette université. Mobilisés hier, mardi, dans cette université, ces enseignants ont décrié la gestion financière pédagogique et administrative de ce temple du savoir avant de parler de banqueroute. 
 
Une  conséquence, selon le Secrétaire général du Saes, de la mauvaise gestion. « Une ardoise de 132.000.000 francs de dette contractée à la Senelec, 100.000.000 à la Sonatel, 100.000.000 de F Cfa auprès des fournisseurs, le cumul des dettes de l’UASZ s’élèvent à 900.000.000 de F Cfa sans  compter les cotisations sociales non versées. La liste est loin d’être exhaustive », a  déclaré le secrétaire général du Saes qui a estimé que cette situation dramatique risque d’installer une crise financièrestructurelle dans l’institution. 
 
Les enseignants qui exigent le départ du recteur pointent par ailleurs un doigt accusateur aussi sur la gestion administrative du recteur. Et lorsque le syndicaliste évoque la question, c’est pour dire ceci : «  la gestion administrative, pendant ces trois dernières années, a été marquée par l’incompétence , le tâtonnement érigé en règle et un centralisme administratif qui, à défaut, de bloquer le fonctionnement normal de l’institution, ralentit fortement la diligence des dossiers. 
 
L’absence de délégation de signature aux vice-recteurs, signe d’un manque de confiance à ses proches collaborateurs , fait que ces derniers ne peuvent rien faire en l’absence du grand manitou qui n’est jamais là », lance amèrement Youssou Dieng qui fustige la gestion des affaires pédagogiques de l’Université avant de marquer sa désapprobation sur ce qu’il qualifie de prolifération de fêtes inutiles et budgétivores au sein de l’université. Un chapelet de griefs couchés dans une correspondance que les enseignants ont adressée au chef de l’Etat pour parler de dépôt de bilan. Visiblement touché par ces « rafales », le recteur Kourfia Keba Diawara qui promet d’apporter plus de précisions sur ces accusations portées contre lui s’est juste contenté de battre en brèche ces accusations. 
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
NON-RESPECT DES ACCORDS
LE GCSE MET EN GARDE MACKY SALL
INNOCENCE NTAP NDIAYE SUR LES REMOUS DANS LE SECTEUR DE L’EDUCATION
«IL N’Y A PAS PERIL EN LA DEMEURE»
MEDECINE TRADITIONNELLE
LA LOI POURRAIT ETRE VOTEE EN 2016
PROGRAMME UN ETUDIANT, UN ORDINATEUR
20000 UNITES ATTENDUES EN 2016
MBOUR – SYNDICALISME
L’UDEN RENOVATION SUR LES FONTS BAPTISMAUX
AFFAIRE DE «FAUX» DIPLOMES EN ANESTHESIE REANIMATION
DR HACHEM DIAB SUSPENDU
DROITS D’INSCRIPTION PEDAGOGIQUE
L’AUDIT RELEVE DES DYSFONCTIONNEMENTS
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22