Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Enquête Apres la tuerie de Boffa-Bayotte
20 JEUNES DE TOUBACOUTA INTERPELES
Ignace NDEYE | 15/01/2018 | 10H23 GMT
 
Et si la piste de règlement de compte était privilégiée dans le massacre de la forêt classée de Bayotte? La question reste agitée après l’interpellation, hier dimanche, de 20 personnes dans le village de Toubacouta (non loin de la zone du drame). 20  jeunes, tous membres du Comité villageois pour la surveillance et la protection de la forêt, parmi lesquels une femme et  4 jeunes récemment libérés de prison après une condamnation d’un mois ferme. Ils ont été cueillis tôt le matin par les hommes en bleus qui ont effectué une descente musclée dans ce village de Toubacouta. Ainsi, l’étau se resserre sur ce village situé à 9 km de Ziguinchor.
 
Une semaine après ce qu’il est convenu d’appeler le carnage de Boffa-Bayotte, les choses s’accélèrent. Les premières arrestations sont enregistrées. Hier dimanche, tôt le matin, les hommes en bleus ont débarqué dans le village de Toubacouta (localité située non loin de la zone du drame) pour arrêter 20 personnes. Ce sont 19  jeunes, tous membres du Comité Villageois pour la surveillance de la forêt et une femme, qui ont été acheminés à Ziguinchor par les enquêteurs qui ont enclenché les auditions. 
 
Quelques minutes plutôt, c’est un agent de l’ANRAC (Agence Nationale pour la Relance des Activités socio-économique de la Casamance) qui a été cueilli chez-lui à Ziguinchor par les enquêteurs pour allonger la liste des personnes sous le viseur des hommes en bleu en charge de l’enquête.  Le chef de village de Toubacouta, entendu la veille, est sommé de ne pas quitter le village. Parmi les jeunes arrêtés, et tous membres du Comité villageois, figurent quatre jeunes récemment libérés (le 27 décembre 2017 dernier) après avoir été condamnés à un mois de prison ferme pour coups et blessures sur des exploitants forestiers. On est encore sans nouvelles du vice-président de ce fameux Comité villageois arrêté jeudi dernier.
 
La machine de l’enquête est en branle depuis quelques jours dans la capitale du Sud où sont déployés les éléments de la Section de recherche de la Gendarmerie de Colobane en charge de ce dossier qui continue de défrayer la chronique dans la région méridionale du pays. Avec ces différentes arrestations, la piste du règlement de compte semble être privilégiée  dans cette tuerie perpétrée par des hommes armés dans la forêt de Boffa-Bayotte, le samedi 6 janvier dernier, avec un lourd bilan de 14 morts et 7 blessés, tous des coupeurs de bois.
 
Les personnes interpellées, hier dimanche à Toubacouta, soupçonnées d’être liées au massacre de Boffa-Bayotte, sont soumises aux questions des enquêteurs qui cherchent à en savoir plus sur ce carnage dans cette forêt classée de Bayotte où une bande armées a froidement exécuté des coupeurs de bois. Ainsi, l’étau se resserre sur ce village situé à 9 km de Ziguinchor et qui, rappelons-le, a abrité les premiers accords de cessez-le-feu signé en mars 1991, entre l’Etat du Sénégal et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Développement du secteur de la pêche et sante de la mère et de l’enfant
MACKY SALL LISTE LES URGENCES
Parfum de détournement de millions
LA MAIRIE DE KANEL «OUVRE» SA CAISSE
Incident mortel à la frontière Sénégalo- Bissau guinéenne
UN PELERIN BISSAU-GUINEEN TUE ET DEUX AUTRES BLESSES
33eme édition de la Ziarra annuelle de Thierno Ahmadou Saidou Balde
DANS LA FERVEUR RELIGIEUSE DE MADINATOUL HOUDA
Un mois après la tuerie de Boffa Bayotte
TOUBACOUTA TOUJOURS DANS LA PSYCHOSE
Amélioration des droits d’accès des femmes a la terre au Sénégal
LANCEMENT D’UN PROJET DE RECHERCHE-ACTION SUR LA PROMOTION D’UNE GOUVERNANCE FONCIERE
Audiences foraines à Nabadji Civol
ABDOULAYE SALLY SALL «ENROLE» 1842 PERSONNES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22