Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Diourbel - manque de professionnalisme, difficultés de formalisation
4 PME RENFORCEES DANS LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE
Adama NDIAYE | 01/02/2018 | 04H16 GMT
 
Un atelier  de renforcement des capacités  destiné à 4 petites et moyennes entreprises (Pme) artisanales, s’est ouvert hier, mardi 31 janvier, à Diourbel. L’objectif est de permettre aux apprenants de maîtriser des outils financiers et comptables pour leur permettre de mettre en place leur propre plan d’affaires.
 
Les petites et moyennes entreprises (Pme) artisanales souffrent souvent de problèmes de formalisation, le manque de professionnalisme dans les domaines financiers et comptables. A cela vient s’ajouter les contraintes liées aux ressources humaines, au marché, aux problèmes de débouchées et de la concurrence des produits extérieurs. C’est face à ces difficultés que l’observatoire   de la qualité des services financiers a organisé, à partir de mardi dernier, un atelier de formation de 3 jours sur la maîtrise des outils financiers et comptables.
 
Pape Cissé, expert financier au niveau de l’observatoire  de la qualité des services financiers explique : «il s’agit d’un atelier qui vise  à doter les PME des outils financiers et comptables pour mener à bien les missions qui leur incombe en tant que chefs d’entreprises. Il s’agit d’un atelier qui s’inscrit dans le cadre de la première phase du programme d’éducation financier dédié aux PME. C’est un programme qui concerne les 14 régions du pays. Il y a 4 pme qui vont être capacités à de Diourbel dans la gestion financière et comptable. Et de poursuivre : «les modules  de formation qui vont être  déclinés sont: la connaissance des procédures et formalités  de création d’entreprise ou de transmission d’entreprise, les formes d’entreprenariats, les facilités d’accès au financement des PME et un modèle d’initiation à la comptabilité simplifiée».
 
Les résultats attendus à la fin de la formation, selon lui, est de permettre   aux apprenants  de maîtriser les outils financiers et comptable qui  leur permettront de  pouvoir mettre en place leur propre comptabilité et de pouvoir établir à la fin de chaque année un bilan, un compte d’exploitation et de disposer des rudiments nécessaires  pour pouvoir monter leur propre plan d’affaire afin de prétendre à des crédits bancaires. Pour que la banque puisse avoir confiance, il faut que celle-ci soit suffisamment outillée pour présenter des états financiers viables qui correspondent à la grille dans le  désir banquier, a-t-il martelé. Il s’agit de mettre en place un plan de   financement, une étude de marche, une étude de rentabilité économique et financière et bien évidement un plan d’investissement.  80 petites et moyennes  entreprises seront formées à travers le pays.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Lutte contre les aleas climatiques dans les zones agro-sylvo-pasorales
LA FAO, L’ANACIM ET LE CSE MUTUALISENT LEURS INTERVENTIONS
Protection des droits de l’enfant
UN GUIDE POUR AMELIORER LE TRAITEMENT JOURNALISTIQUE DES QUESTIONS INFANTILES
Cascade de démissions après le scandale sexuel à l’ong Oxfam
DESMOND TUTU IMITE BABA MAAL
A cause du changement de la composition du tribunal
IMAM ALIOU NDAO ET CIE RENVOYES AU 14 MARS
Demande de liberté provisoire pour Assane Camara, Ibrahima Ly et Oumar Keita
LE TRIBUNAL DIT NIET
Demande de comparution de l’ancien directeur de la section recherche et du directeur de la dic
LES AVOCATS D’IMAM NDAO REJETTENT L’ENQUETE PRELIMINAIRE
En Route Vers Pâques
L’EGLISE MONTRE LA VOIE A SUIVRE
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22