A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
DEGN-KUMPË PAR ABDOULAYE CISSE
AU THEATRE CE SOIR !
Abdoulaye CISSE | 25/01/2017 | 10H42 GMT
 
Dieu, que nous ne pensions pas si bien dire aux premières heures de l’élection du président Adama Barrow. Dans l’euphorie de la victoire et juste avant le reniement de la parole de Yaya Jammeh. Nous écrivions dans une tribune intitulée « droit de suite à l’élection présidentielle du président Adama Barrow »: « HisExcellency, vous avez beau cultiver des rapports de bon voisinage, vous aurez beau faire preuve de courtoisie à l’égard de votre «mbokk Peulh » MackySall, vous êtes d’abord élu par et pour les Gambiens. Don’tforgetthat ! Ne faites jamais rien qui va être interprété par votre peuple comme de la faiblesse, le rabaissement ou l’avilissement...  A cet instant, les oiseaux de mauvais augure brandiront le fantôme de Yaya Jammeh et son caractère qui bombe le torse face au Sénégal . . . »
 
Ca reste toujours valable, Monsieur le président, vous ne collaborerez jamais mieux avec le Président MackySall pour le bien des peuples frères de la Sénégambie que si vous traitez d’égale à égale, de chef d’État à chef d’État, de frère à frère. 
 
Surtout, ne vous sentez pas obligé par l’hospitalité sénégalaise, c’est une tradition chez nous. Tradition à laquelle le président sénégalais n’aurait pu se soustraire. Vos peuples SENEGAMBIENS espèrent beaucoup de vous deux. 
Monsieur le président Barrow, nous vous alertions aussi sur une propension des «peoples» à s’accaparer du président Gambien, ces dernières années. Bien sûr, M. Barrow n’est pas Jammeh !
 
Votre commerce facile et votre courtoisie sont devenus une légende au sénégalais. Surtout dans vos contacts avec la presse. C’est vrai que vous avez bien besoin en ce moment de tous ces médias sénégalais pour communiquer avec votre peuple, puisque la GRTS ne commence que maintenant à faire sa mue pour revenir à mission de service public. La GRTS avait oublié que cela voulait juste dire « service au public ».
 
Mister président, votre prédécesseur a froissé plus d’un Gambien quand, en dépit de la crise, Jammeh arrosait de billets de banque les chanteurs, les lutteurs, des artistes d’autres pays qui savaient faire l’éloge de sa cour pendant que son régime poussait à l’exil les artistes gambiens, les sportifs (RIP pour FatimJawara capitaine de l’équipe de foot féminin des moins de 17 ans de la Gambie qui s’est noyée dans l’atlantique en tentant un voyage clandestin dans une pirogue pour rejoindre l’Europe, c’est tout frais, c’était en septembre dernier). 
 Dans votre pays Monsieur le président, la fierté de votre peuple ne tolère pas le « fissirwalléyaa », vous le savez.
 
C’est vrai que dans nos pays, l’honneur ne se refuse pas. 
 
Et puis j’imagine que tout ce défilé de peoples, souvent plus courtisans que bons conseillers, sous-tend quelque chose. Je ne sais pas quoi, mais ça ne me rassure pas. Tout de même, qui peut décemment refuser la visite de courtoisie de la star mondiale ? Personne ! Sa stature d’artiste international plaide pour lui pour vous témoigner de la tendresse du peuple sénégalais à votre égard. Et puis, il a une fonction dans l’appareil d’Etat qu’il peut valablement vous entretenir de missions qu’aurait pu lui confier le chef de l’État. Après, sage conseil : lui même a brouillé les pistes en mêlant famille, travail, et amitié à cette visite de courtoisie. Chacune de ces casquettes aurait largement justifié sa visite de courtoisie.  Ensuite, s’en est suivi le ballet de chanteurs et lutteurs qui vous ont rendu, soi-disant, une visite de courtoisie. Pensent-ils à la «générosité»  de votre prédécesseur. Vigilance et attention aux mange-mil.
 
Au travail, pour la Gambie, Monsieur le président. 
La tâche qui vous attend est hardie
Méfiez-vous du folklore et du mboumbaaye
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Par Pr Demba SOW
L’AGRICULTURE NE PEUT PAS REGLER DE FAÇON DIRECTE LE PROBLEME DU CHOMAGE AU SENEGAL
Par Mody NIANG
AUTRE CONSEQUENCE DE LA FOLIE DEPENSIERE DE NOS DEUX PRESIDENTS-POLITICIENS : Le gonflement inquiétant de la masse salariale
EUX & NOUS Par Makhily Gassama
HOMMAGE à WILLIAN SASSINE - A l’enfant terrible de la littérature africaine
EUX & NOUS - Par Fadel DIA
TRUMP ET LA SOLITUDE DE L’AFRIQUE
Eux & Nous Par Ibrahima Gassama, Ph.D.
TUERIE DE BOFA ET EXPLOITATION FORESTIÈRE EN CASAMANCE : Signal clair d'une mal gouvernance (1)
Eux & Nous Par Ousmane SENE
«We are first in…» - L'Inde est-elle en train de s'approprier cette affirmation forte ?
Eux & Nous - Par Mody NIANG
LE FRONT SOCIAL EN EBULLITION : LA SOLUTION N’EST SUREMENT PAS POUR DEMAIN
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22