A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
EUX& NOUS - PAR FADEL DIA
BOUNA, ZIED, ADAMA …la diaspora trahie par ses patries !
Fadel DIA | 28/02/2017 | 09H38 GMT
 
Bouna Traoré, Zied Benna, Adama Traoré avaient respectivement 14, 17 et 24 ans et appartenaient à ce qu’on appelle communément en France, au moins dans les médias, des «Français issus de l’immigration », expression quelque peu discriminatoire puisqu’elle ne s’applique qu’aux Français nés, ou dont les parents, voire les grands parents, sont nés en Afrique sud saharienne ou au Maghreb. Jamais en effet  il ne viendrait l’idée à un organe de presse français  de désigner sous ce terme  Manuel Carlos Valls Galfetti , ancien Premier Ministre né à Barcelone et naturalisé français à vingt ans, ou  Ana Maria Hidalgo, née à San Fernando, en Espagne toujours , et qui a conservé sa nationalité espagnole, ou encore Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale française, né à Tunis , sous la colonisation, d’un père italien et d’une mère maltaise…
 
Il leur a suffi à ces rois personnalités et à bien d’autres, d’opérer une légère et indolore chirurgie sur leurs patronymes et le tour était joué. Pour le malheur de Bouna et Adama, Traoré est moins soluble en terre française et peut difficilement passer pour un nom gaulois !La  réalité c’est qu’en France l’origine africaine ou maghrébine est une tâche plus indélébile que l’encre dont on se sert en Afrique pour les élections et ni les ruades ni le zèle patriotique de Rama Yade, qui se dit « française née à l’étranger » (merci pour nous !) ou de Rachida Dati, qui clame partout qu’elle est «  française de France », n’y changeront  grand chose !
 
Bouna, Zied et Adama resteront donc à jamais des « Français issus de l’immigration » …Si au moins ce rappel intempestif pouvait servir à quelque chose , si au moins il pouvait en contrepartie assurer aux trois jeunes gens un élan de solidarité de la part de leurs terres d’origine, amener celles -ci à prendre le relais de leur défense quand leur patrie de papier est défaillante ! Malheureusement ce ne fut pas le cas pour eux, et lorsque Bouna, Zeid et Adama ont perdu tragiquement la vie, les premières n’ont été d’aucun secours. Elles ont au contraire fait le mort, elles ont fait profil bas, elles ont, dans le meilleur des cas, observé une discrète compassion, si  discrète qu’elle  est passée inaperçue et que n’eût été l’enterrement d’Adama au Mali, personne n’aurait connu le nom d’un des pays d’origine de leurs familles. Aucun de ces pays  n’a entrepris une action significative pour exiger que lumière soit faite sur leur mort ou pour que justice leur soit rendue. Aucun n’a  honoré publiquement leurs dépouilles ni célébré leur mémoire en invoquant le fait   qu’aucun d’entre eux n’était ni un délinquant ni un criminel. 
 
Le désespoir et les frustrations de leurs familles  respectives, laissées à l’abandon, restent incommensurables parce que la justice n’est pas passée et quand elle est passée elle n’a pas bien fait son travail. Les circonstances de leur mort restent pour le moins troubles et inexpliquées et tout porte à croire qu’ils  ont été victimes de bavures des forces de l’ordre.
 
Le contraste  est frappant entre le comportement des gouvernements africains, si  passifs face aux malheurs d’une diaspora qu’ils sucent avec délectation, et celui des pays  du Nord  qui mobilisent toute leur diplomatie et usent de moyens de pression, voire de chantage, lorsque leurs ressortissants , y compris les binationaux, sont, en terre étrangère, victimes d’incidents de ce genre ou d’actes de terrorisme, voire suspectés de crimes ou de délinquance . « J’irai les chercher, quoi qu’ils aient fait ! », avait dit Nicolas Sarkozy lorsque des Français suspectés de trafic d’enfants avaient été interpellés au Tchad, soulignant au passage son mépris à l’endroit des populations et des gouvernements africains. La France a eu le même comportement, au risque de provoquer une crise diplomatique, lorsqu’une de ses ressortissantes a été condamnée au Mexique pour enlèvement, séquestration, délinquance organisée  et possession d’armes à feu et de munitions ! Elle a ouvert des enquêtes préliminaires pour apporter une assistance judiciaire à ses citoyens expatriés ou à leurs familles, dans des cas d’enlèvements, d’assassinats, de bavures supposées des forces de l’ordre  ou d’attentats terroristes en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso ,au Mali ou en Algérie…
 
Les Etats-Unis vont encore plus loin pour assurer la protection et la défense de leurs citoyens expatriés ,au point de s’opposer souvent à ce qu’ils soient jugés par les tribunaux de leurs pays d’accueil, même dans des cas de crime avéré, et de faciliter ou organiser leur fuite pour échapper à la justice… Mais c’est Israël qui a porté la défense  de ses enfants de naissance ou ceux qu’il revendique comme tels, puisque cela inclut tous  ceux qui ont une attache quelconque, y compris confessionnelle, avec ce pays, à un niveau qui n’est atteint nulle part et qui devrait inspirer les gouvernements africains. Il suffit de rappeler ses prises de position  à l’occasion d’attentats ou simplement d’actes antisémites commis en France contre des citoyens français de confession juive, dont certains n’avaient même jamais vécu en Israël : protestations véhémentes, stigmatisation de la politique du gouvernement français, tir groupé contre les musulmans, appel à quitter le territoire français. C’est comme si les gouvernements africains interpellaient celui des Etats-Unis et lui demandaient des comptes  à l’occasion des violences subies par les Africains-Américains. Mais la politique israélienne est payante puisque le gouvernement français fait non seulement acte de repentance mais se fait toujours représenter à l’enterrement en Israël des victimes des incidents, alors qu’ à l’enterrement de Adama Traoré au Mali il était aux abonnés absents !
 
A la mort de Bouna Traoré et de Zied Benna l’ancien ministre Christian Estrosi  n’avait eu que des mots méprisants  pour les jeunes gens, les traitant  de «délinquants en excès de vitesse », alors qu’ils étaient à pied et que le policier qui les poursuivait, et qui les avait vu se réfugier dans un poste EDF, s’était contenté d’observer qu’il ne « donnait pas cher de leur peau ». Après dix ans de procès, (« dépaysé » à Rennes ! ) la justice avait presque conclu que « rien ne s’était passé » et écarté tout versement de dommages et intérêts aux familles des victimes …
 
Après sa nomination comme Premier Ministre, l’un des premiers gestes de Bernard Cazeneuve  a été de rendre une visite de courtoisie aux gendarmes impliqués dans la mort de Adama Traoré, ceux-là même qui l’avaient maîtrisé au moyen d’un « placage ventral », pratique interdite dans de nombreux pays, et qui, de l’avis des sapeurs-pompiers, avaient  eu le tort de ne pas l’avoir placé en « position latérale de sécurité ».
 
NI cette indifférence, ni cette brutalité, ni ces lenteurs, ni ce déni de justice n’ont  ému les pays africains d’où étaient partis les parents de Bouna et de Adama, au point de les amener à exercer une pression ferme et visible  sur le pays qui les accueille et qui refuse de leur concéder la plénitude de leurs droits. Nos gouvernants sont  toujours en quête des voix et des subsides de leurs diasporas, sans trop s’inquiéter de savoir si elles portent un ou plusieurs passeport, mais quand nos concitoyens  ou leurs proches se noient en Méditerranée, quand ils sont pris dans des rafles ou occis par des maffias, quand ils sont victimes de bavures ou  étouffés dans les postes de police, ils préfèrent invoquer le respect de la non-ingérence dans les affaires d’un pays étranger !  
 
Voila pourquoi, face à la défection des pays d’origine de leurs parents, la rue a pris en France la défense de Bouna, Zied, Adama et aujourd’hui celle de Théo !
 
FADEL DIA
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
DEGN-KUMPË - Par Abdoulaye Cissé
SUITE ET PAS FIN DES REBUFFADES DE MAGISTRAT : De quoi parle-t-on, Monsieur le juge ?
EUX& NOUS PAR PROFESSEUR OUSMANE SENE
SENEGAMBIA: YES, WE ARE READY !
COMMENTAIRE Par Abdoulaye THIAM
UNE NOUVELLE ERE...
DEGN-KUMPË - PAR ABDOULAYE CISSE
LE PRESIDENT ET SON HOLOGRAMME : Vérité au-delà, Erreur en deçà !
EUX & NOUS PAR DR. CHEICK ATAB BADJI L'URGENCE D'UNE POLITIQUE ANTI CANCER : UNE COURSE CONTRE LA MORT
DE LA SOLUTION CONJONCTURELLE A LA SOLUTION STRUCTURELLE
DEGN-KUMPË Par Abdoulaye CISSE
BLA-BLA DIPLOMATIQUE ET PARLOTTE PRESIDENTIELLE : Arrêtez le saccage !
DEGN-KUMPË - Par Abdoulaye Cissé
MAMADOU-FODE
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22