A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
PAR CHERIF FAYE
DANGER SUR LES PONTS
Chérif FAYE | 03/07/2015 | 09H19 GMT
 
L’échangeur de Keur Massar, à hauteur de Keur Mbaye, est  aujourd’hui au  cœur de toutes les polémiques, à cause des accidents récurrents. Pour plusieurs chauffeurs et usagers de la route, sa forme en arc est dangereuse pour la sécurité routière. Il suffit simplement d’une fausse manœuvre pour perdre le contrôle de son véhicule. Les chauffeurs éprouvent, parfois, du mal à l’arpenter, avec des  risques de déraper, s’ils roulent à une certaine allure, en le descendant . 
 
Le drame survenu hier, jeudi 2 juillet, à hauteur du pont du marigot de Mbao, à l’arrêt du bus du quartier «Beau Séjour» de Keur Mbaye Fall, en est une parfaite illustration. Remorquant la «mort» et le «sinistre», un «fou» camion, a «déversé» son container sur les vendeurs de mangues et de «nanas», à la descente du pont, juste à l’arrêt du bus. Des corps sont coincés et écrasés par le poids du container pendant près de trois heures. 
 
C’est le deuil et la consternation. 
Cet accident soulève deux questions fondamentales : la fiabilité de l’infrastructure au plan technique et le problème du suivi et de la gestion des infrastructures dans notre pays. 
 
Pour le premier élément, relatif à la fiabilité de l’infrastructure, l’entreprise qui a gagné un marché aussi important a-t-elle laissé des failles techniques dans la construction de cet édifice ? Les ponts sont très courts et ne facilitent pas la manœuvre des véhicules. 
Le travail a-t-il été fait à la va-vite ? Seuls les techniciens qui ont construit ce pont peuvent répondre à cette interrogation. 
Ensuite, il est tout aussi bizarre de constater dans un pays comme le Sénégal qu’il faut toujours démonter les ponts sur la nationale pour permettre aux gros gabarits de passer, pour les remettre après. Ce qui induit des dépenses supplémentaires. 
 
D’autre part, pour ce qui est du suivi et de la gestion des infrastructures, il devrait y avoir un système de contrôle qui empêche les camionneurs d’emprunter les ponts. Sous ce rapport, la responsabilité des services de sécurité de la Gendarmerie et de la Police est engagée. Non seulement le poids lourd n’est pas recommandé, mais il représente un danger public. Il y a aussi que les ponts n’ont pas de garde-fous assez solides pour retenir la trajectoire d’un camion remorque qui perd le contrôle. 
 
Des solutions doivent être trouvées à tous ces manquements qui causent, hélas, parfois beaucoup de dégâts.  
 
 
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
PROFESSEUR ABDOULAYE BATHILY ET L’UNION AFRICAINE
«LA VICTOIRE DES VAINCUS»
LIBRE PROPOS par ABDOULAYE THIAM
PRESSING PAYANT !
LIBRE PROPOS par ABDOULAYE THIAM
DITES A SADIO MANE DE JOUER SIMPLE !
PAR Chérif Faye :
LE FONCIER QUI TUE !
HORS JEU PAR ABDOULAYE THIAM
MALAISE CHEZ LES SUPPORTERS
LIBRE PROPOS - PAR ABDOULAYE THIAM
INDEPENDENCE DAY !
Une si courte lettre à Madame Seynabou Ndiaye Diakhaté, présidente de l’OFNAC
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22