Mise à jour: 23/02/2017 à 21H09 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE
DES UNIVERSITAIRES DEGAGENT LES PISTES
Fatou NDIAYE | 02/02/2017 | 10H20 GMT
 
Des universitaires ont dégagé hier, mercredi 1er février, des voies pour assoir le développement de l’Afrique. C’était lors de la célébration du 44e  anniversaire du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (Codesria).
 
Pour célébrer ses 44 ans d’existence, le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (Codesria) a organisé hier, mercredi 1er février, un panel sur le développement de l’Afrique. Discutant sur le thème «De la renaissance à l’émergence, comment renouveler le débat sur le développement en Afrique», des universitaires ont donné des pistes pour aller vers le développement du continent. Pour le professeur d’économie à l’Université Gaston Berger  (Ugb) de Saint-Louis, Felwine Sarr, «plutôt que de réfléchir sur les concepts, les africains doivent réfléchir sur quel type de société et d’équilibre sociale veulent-ils ?» 
 
Pour l’enseignante à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Fatou Kiné Camara, il faut d’abord remplacer le terme de développement de l’Afrique par la renaissance africaine, terme choisi, dit-elle, par les panafricanistes. Atteindre cet objectif ne saurait se faire, à son avis,  sans l’utilisation des langues vernaculaires dans l’enseignement et dans l’administration. En plus d’être enseignés dans leurs langues, les Africains doivent faire des recherches sur le savoir antique africain. 
 
Le directeur exécutif du Codesria, Ebrima Sall, quant-à lui, pense qu’il est nécessaire que les Etats africains soient souverains.  «Si on n’a pas la maitrise du processus de développement et de gouvernance, on n’aura pas une grande influence par rapport à ce qui se fait», a-t-il dit. Il trouve, par ailleurs, que «l’Afrique doit être capable de définir ses priorités de développement».
 
FELWINE SARR PROFESSEUR D’ECONOMIE, UNIVERSITE GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS : «Nous allons former des monstres si....»
 
De l’avis du professeur Felwine Sarr, les enseignements fournis dans les universités sénégalaises doivent être revus. Il fonde son avis sur le fait que des étudiants s’autorisent souvent à prendre la parole en public sans pour autant avoir l’esprit critique nécessaire. «Il y a une démocratisation de la parole scientifique, ce qui n’est pas une bonne chose. Il y a une exigence avant de prendre une parole qui n’est autre que du savoir. Si les universités ne sont concernées que par les compétences, la technique, la culture générale et l’esprit critique, nous allons former des monstres. Car,  nous allons former des gens à qui nous donneront des diplômes, le droit de parler, sans qu’on leur enseigne l’humilité scientifique, la réflexion critique et la culture générale nécessaire à la véracité de ce qu’ils ont à dire», a-t-il affirmé
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
KOUNGHEUL - VALIDATION DU PLAN COMMUNAL POUR LE DEVELOPPEMENT
UNE TABLE-RONDE EN PRELUDE POUR ATTIRER LES BAILLEURS
CINQUANTENAIRE DE LA DISPARITION DE DEMBA DIOP
MBOUR REND HOMMAGE A UNE REFERENCE
DEVELOPPEMENT DE L’AGROBUSINESS ET DES EXPLOITATIONS AGRICOLES FAMILIALES
MACKY EN TOURNEE DANS LA VALLEE DU FLEUVE SENEGAL, EN MARS
INTERNET POUR TOUS D’ICI 2025
LA SONATEL CONNECTE LE SENEGAL
MAISON DE LA PRESSE
BARA NDIAYE BOYCOTTE PAR LES ASSOCIATIONS DE PRESSE
BAMBEY - 31e ANNIVERSAIRE DU DECES DE CHEIKH ANTA DIOP
THIEYTOU VEUT PLUS DE CONSIDERATION
KAOLACK - PLAIDOYER POUR UN NOUVEAU JUGEMENT DE L’AFFAIRE WALDIODIO NDIAYE
UN PARTENARIAT TRIPARTITE DE DEFENSE ACTIVE UNE PETITION
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22