Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Polémique autour de la dette publique
DIONNE CLOT LE DEBAT
Ndeye Aminata CISSE | 06/12/2017 | 10H52 GMT
 
Interpellé sur la question de la dette publique hier, mardi 5 décembre lors de sa déclaration de politique générale, le Premier Ministre Mahammed Boun Abdalah Dionne qui était dans tous ses états martèle : «je pense que ceux qui parlent de dette vont devoir  repréciser leur pensée. De quoi parle-t-on ? Parle-t-on d’une analyse de la solvabilité du Sénégal par rapport à la dette ? Ce que je connais de la dette c’est simple.  Ou on parle de solvabilité ou bien on parle de liquidité. Et dans les deux cas qu’est ce qui vous gêne dans cette dette ? Et quand vous nous le disiez, nous vous donnerons les bonnes réponses. Je pense que le Ministre de l’économie en a suffisamment parlé».
 
Poursuivant  son argumentaire, il indique : «il existe dans ce pays un comité national de la dette publique. Les meilleurs experts du  pays qui y travaillent disent que notre dette est soutenable. Je ne vois pas pourquoi on devrait les démentir. Il faut parfois apprendre à se faire confiance ». Pour lui, l’endettement reste maîtrisé, grâce à une politique prudente privilégiant les emprunts concessionnels et les prêts sur le marché financier ayant de plus longues maturités.
 
«Le service de la dette publique extérieure s’est établi en 2017, respectivement à 10,9% des recettes budgétaires et 9,1% des exportations de biens et services, contre des plafonds de 22% et 25% retenus dans le cadre de l’analyse de viabilité de la dette publique. En vérité, ces performances sont la résultante d’une nouvelle dynamique impulsée à tous les secteurs de la vie économique et sociale. L’agriculture, un des leviers essentiels de notre économie, se situe sur une trajectoire ascendante et enregistre des performances inédites durant ces trois dernières années», a-t-il souligné.
 
Par ailleurs, il rappelle que le taux de croissance du PIB a atteint 6,7% en 2016 contre 6,5% en 2015 et est estimé à 6,8 % en 2017 et projeté à 7,0% en 2018. Ce qui est selon lui une première dans l’histoire économique du Sénégal, qui n’a jamais affiché un taux de 6% sur quatre années consécutives.
 
Selon le chef du gouvernement, ces performances valent à notre pays de figurer aujourd’hui parmi les cinq pays ayant les croissances économiques les plus fortes sur le continent. « L’inflation est contenue sous la barre des 2%, avec une réduction significative et continue du déficit budgétaire à 3,7% du PIB en 2017 contre 6,7% en 2011, grâce à des efforts soutenus de rationalisation des dépenses et de mobilisation des ressources internes », s’est-réjoui.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Ouverture de l’aéroport international Blaise Diagne
QUAND LES CHEFS D’ETAT «BOUDENT» AIBD
Pastoralisme
LES CHERCHEURS SE PENCHENT SUR LES DEFIS
Le ministre Amadou Ba sur les montants exacts des sommes recouvrées dans la traque des biens mal acquis
«IL ARRIVE QUE L’ON DISE LA MEME CHOSE AVEC DES CHIFFRES DIFFERENTS»
Mahammed Boun Abdallah Dionne, au secteur prive
«LE SECTEUR PRIVE, NOTRE FORCE DE FRAPPE»
Lancement de Sunu Entreprises
UNE NOUVELLE PLATEFORME DE VISIBILITE ET DE NOTORIETE DES ENTREPRISES
Suite à l’arrêt des importations
L’OIGNON LOCAL INTROUVABLE SUR LE MARCHE
Exploitation des ressources halieutiques
VERS LA SIGNATURE D’UN PROTOCOLE D’ACCORD ENTRE NOUAKCHOTT ET DAKAR
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22