A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Eux & Nous par FADEL DIA
FAMILLE, QUE DE FAUTES ON COMMET EN TON NOM !
Fadel DIA | 28/10/2017 | 08H11 GMT
 
Pendant très longtemps  les hommes politiques ont gouverné avec des hommes et des femmes choisis dans leur entourage politique ou triés sur le volet parmi ceux et celles  dont la compétence  ou l’habileté étaient reconnues, mais en tout cas jamais dans le cercle restreint de leurs familles biologiques. De Gaulle avait choisi comme Premier Ministre un banquier  qui n’avait jamais exercé de mandat politique, Mitterrand  un compagnon de route ,Nixon s’était appuyé sur un politologue…
 
En Afrique les hommes qui, les premiers ,ont présidé aux destinées des états issus de la colonisation ont tous tenu leurs familles ,épouses comprises, à l’écart du pouvoir et jamais aucun ministre  de Senghor, Houphouet-Boigny, Modibo Keita, Nkrumah… n’a commis l’impair de proclamer publiquement qu’il devait son poste et sa bonne fortune à l’épouse du chef de l’état…
 
 …patrimonialisation du pouvoir  
 
Les choses ont changé et on a désormais l’impression, surtout en Afrique, que les gouvernants ne font plus confiance qu’à leur entourage familial ,que le pouvoir se « patrimonialise »,que des dynasties politiques se créent comme au beau temps des monarchies absolues. Comme toutes les modes, celle-ci est née et a prospéré d’abord au Nord et l’un de ses initiateurs n’était autre que le président Kennedy qui, au début des années soixante, avait fait de son frère  le véritable homme fort de son gouvernement. Quelques décennies plus tard Mitterrand inventera « Papa-m’a-dit » et Sarkozy tentera de « placer » son rejeton de 23 ans, sans aucun bagage académique ou professionnel,  à la tête de la plus grande entreprise publique d’aménagement territorial de France  !Dans les trois cas les résultats se révèleront catastrophiques :Robert Kennedy sera assassiné, peut-être avec la complicité de la CIA, Jean Christophe Mitterrand sera écroué dans une affaire de trafic d’armes et ses dettes mettront sa mère sur la paille ,Jean Sarkozy qui rêvait d’un gros salaire se résoudra à épouser une riche héritière comme on le faisait au XIXe siècle !
 
Mais en Afrique, l’épidémie s’était  déjà répandue comme une trainée de poudre et comme le terrain  était plutôt malsain, du moins  en matière d’expression démocratique, elle atteindra des pics insoupçonnés. Les familles Eyadema , Bongo,  et Kabila dans une moindre mesure, ont ainsi mis le grappin sur leurs pays respectifs et y règnent depuis cinquante ans pour les deux premières et vingt ans pour la troisième. La Guinée Equatoriale est  sous l’autorité de la même famille depuis son accession à l’indépendance ,avec cette spécificité qu’ici l’héritage familial s’est fait dans la violence et que le neveu (désormais le plus ancien chef d’état africain en exercice), a balayé son oncle par un coup d’état .A ces transmissions directes il faut ajouter les cas des présidents qui ne doivent pas directement leur accession au pouvoir à leurs pères puisqu’ils ont été élus bien après la mort ou l’élimination de ceux-ci, comme Nana Akufo Addo ou Uhuru Kenyatta. Il est tout de même symptomatique qu’au Kenya ce sont les fils de deux des héros de l’indépendance ,il y a plus de cinquante ans ,qui aujourd’hui se disputent la fonction présidentielle!
 
Mais en Afrique tous les promus n’ont pas été élus  et certains même ont eu des déboires cuisants. Au cours des cinq ou six dernières années, des fils ,filles ou frères de présidents, déchus ou en exercice, ont fait l’objet de mandats d’arrêt internationaux, ont été placés sous contrôle judiciaire ou mis en examen, voire inculpés ou placés en détention, ou  sont en fuite ou en exil …dans plus de dix pays africains.
 
 …en trois marches inégales
 
 Malgré ces déboires, la stratégie utilisée par les chefs d’états africains  pour pousser leur progéniture au haut de l’échelle n’a guère varié au cours des ans et s’appuie toujours sur trois démarches graduelles.  Première manche :la «  valeur » n’attendant point le nombre des années, le Président commence  par introduire le petit jeunot, tout frais émoulu de l’Université (ou d’ailleurs), dans le saint des saints et ,pourquoi pas, à lui confier tout de go  des responsabilités gouvernementales. Teodorin Nguema a été nommé ministre à 27 ans et Ali Bongo  à 30 ans au prestigieux poste ministre des affaires étrangères et en violation de la loi . L’exemple venant de haut ,il n’était pas rare que les ministres eux-mêmes  nomment des membres de leurs familles  à des postes clés dans des entreprises publiques relevant de leur autorité…
 
  Deuxième manche : qu’il soit ou non membre du gouvernement ,l’héritier présomptif  sera très vite  amené à exercer ses « compétences » dans un domaine stratégique (pétrole, mines, infrastructures, banques etc.),ce qui lui permet de contrôler les ressources nationales et de nouer des relations avec les plus éminents brasseurs d’affaires du monde. Le fils Sassou passera en quelques années de stagiaire à administrateur puis directeur dans la même société nationale des pétroles, la fille Dos Santos,classée femme la plus riche d’Afrique avec un patrimoine de 3,2 milliards de dollars, exerce entre autres activités ,celle de  présidente du conseil d’administration de la Société Nationale des Hydrocarbures dont le chiffre d’affaires est de 40 milliards de dollars…
 
 Enfin la troisième étape consistera à  donner au rejeton, devenu incontournable, une stature politique, légitimée  par la conquête, que l’on espère  facile, d’un mandat électif.C’est  souvent à cette étape que les choses se compliquent et se gâtent, que la rue gronde et que la zizanie s’installe jusqu’au sein de la famille présidentielle ,souvent traversée par une guerre fratricide, comme on a en a eu des exemples au Togo ou au Gabon.
 
Quid du Sénégal ?On peut dire que le phénomène d’accaparement du pouvoir par une famille  est relativement récent et qu’en tout cas il n’a pris l’ampleur du scandale que depuis le début de ce siécle. Senghor, auquel on a prêté ce mot selon lequel «la famille est un ennemi en politique  »,même s’il veillait malgré tout au bien être de la sienne, avait bien confié des responsabilités ministérielles à l’un de ses neveux mais il avait pris le temps de réfléchir (treize ans !) et surtout il avait choisi un homme discret qui ,après une petite erreur de casting, fera très rarement la manchette des journaux .Diouf  avait lui aussi longtemps hésité (dix ans), avant d’appeler un de ses frères au gouvernement, mais plutôt à titre d’expert et à des postes relativement peu exposés…
 Puis vint Wade et toutes les barrières ont été franchies :trop tôt (quelques mois après son arrivée au pouvoir), trop de monde (ses deux enfants, et heureusement qu’il n’en avait que deux !),trop de responsabilités dans des secteurs sensibles  et  surtout argentivores,qui ont fini par coller à son fils la désastreuse réputation de « ministre du ciel et de la terre ».On peut dire sans exagérer que c’est Karim Wade qui a scié la branche sur laquelle était assis son père.
 
« Monsieur Frère » ,qui navigue aujourd’hui  dans les mêmes eaux troubles et soulève le même vacarme, avec le handicap d’être, physiquement , un quasi clone du Président, s’armera-t-il de l’humilité et  de la rigueur nécessaires pour éviter que les mêmes comportements ne reproduisent les mêmes effets ?
 
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Par Mody NIANG
ENCORE DU CINEMA, MONSIEUR LE PRESIDENT-POLITICIEN !
PAR MODY NIANG
AFFAIRE DITE DE RETRO-COMMISSIONS DE 12 MILLIARDS : DE QUEL COTE LA VERITE SE SITUE-T-ELLE ?
EUX & NOUS PAR EL HOUSSEYNOU LY ,ANCIEN FONCTIONNAIRE INTERNATIONAL
SOUS MANKEUR NDIAYE, LES RETENTISSANTS SUCCES DIPLOMATIQUES DU PRESIDENT MACKY SALL
EUX & NOUS Par FADEL DIA
DONALD TRUMP : UN TERRORISTE ?
Par Elhadji Daniel SO,
LE FRANC CFA, CETTE ÉNIGMATIQUE MONNAIE COMMUNAUTAIRE !
EUX & NOUS PAR FATOU SOW SARR SOCIOLOGUE
MINISTERE DE LA FAMILLE DE LA FEMME ET DU GENRE, LES INCONGRUITES D’UNE DENOMINATION
EUX & NOUS PAR FADEL DIA
ENTENDEZ-VOUS CES CRIS AUNG SAN SUU KYI ?
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22