A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Hommage au président Lamine Diack
02/01/2018 | 10H23 GMT
 
Président Lamine Diack, vous avez illuminé notre prime enfance par vos exploits et inspiré le parcours de notre génération en termes de sports-études. Vous avez brillamment creusé pour nous le sillon sportsétudes : modèle vous avez été. Le brillant élève et sportif de l’école primaire Faidherbe de Dakar. élève, comme le ministre «Souris» après vous, de l’inoubliable Allou, dans cette école, et condisciple de notre frère aîné, le banquier Abdou Thiam. Abdou Thiam, qui y figure, nous a fait cadeau de votre photo de promotion à l’école Faidherbe en 1945. Dans cette photo figurent aussi feu le Grand Serigne Bassirou Diagne Marème Diop et le ministre Louis Alexandrenne. Après de brillantes études secondaires au lycée Van Vollenhoven (actuel lycée Lamine Guèye) et universitaires (Université de Dakar), votre licence en poche, vous battiez le record de France de saut en longueur en 1958 avec 7,63m. Vous étiez élève-inspecteur des impôts à la prestigieuse école des impôts de Clermont-Ferrand. élève au primaire au CM1, nous étions ô combien fiers à 11 ans en cette année 1958 d’entendre commenter votre exploit par notre maître d’éducation physique à l’école des Manguiers, feu Malick M’Baye.
 
Malick M’Baye, lui aussi ancien champion de France de triple saut, ayant représenté ce pays aux Jeux Olympiques d’Helsinki en 1952. C’est en 1952, à l’âge de 5 ans, que nous avons entendu parler de vous pour la première fois ! Vous aviez en effet gagné la Coupe Paris-Dakar Juniors de football en cette année 1952 avec l’équipe du Foyer France-Sénégal avec vos coéquipiers feu Mady Kouyaté «Koya», feu Daouda Fall «N’Daga», votre gardien de but et votre ailier droit, cadet surclassé en juniors, le doyen Assane Dia (longue vie à lui !), notre actuel voisin de quartier. Quant à votre coéquipier feu Daouda Fall «N’Daga», ancien champion de saut en longueur aussi, il fut notre maître d’éducation physique au lycée Blaise Diagne et fut entraîneur de l’équipe cadette de handball du lycée Blaise Diagne en 1964, dont nous étions le capitaine. Fall N’Daga fut en 1965, entraîneur de l’équipe junior de handball du lycée Blaise dont le capitaine était l’actuel Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop, équipe de 1965 dont nous étions l’avant-centre.
 
Et en 1966, Fall N’Daga était toujours l’entraîneur de l’équipe junior du lycée Blaise dont le meneur de jeu était Djibrill Diop «Lapin», handballeur du siècle, devant qui nous évoluions comme avant-centre tout en étant capitaine d’équipe. L’année 1966 est celle où, sous votre géniale inspiration tactique, le FFS a gagné, le 14 Juillet, la Coupe du Gouverneur du Cap-Vert contre notre chère Jeanne d’Arc de Dakar. Les larmes de notre défaite ce jour-là et notre tristesse ne nous ont pourtant pas empêché d’admirer la maîtrise tactique de ce FFS sous votre inspiration, cette défense en ligne qui neutralisa les brillants attaquants de la JA et ce coup de génie, de faire jouer un surdoué droitier comme ailier gauche ! La trouvaille de faire jouer un droitier surdoué, Yatma Diop, à gauche anticipait plus de quarante ans avant celle de faire jouer les droitiers surdoués, Cristiano Ronaldo et Riyad Mahrez à gauche ! Cette innovation, dont Yatma Diop m’a expliqué l’origine en 1990, vous classe, doyen Lamine Diack, comme l’un des maîtres tacticiens de l’histoire du football ! L’autre acteur de la mise en oeuvre de l’innovation Lamine Diack dans cette attaque du FFS, l’avant-centre buteur, Moustapha «Doune» Guèye, un doyen voisin de quartier, nous a confirmé le processus rationnel de l’innovation Lamine Diack tel que Yatma Diop nous l’a expliqué.
 
L’autre innovation initiale de Lamine Diack, l’adoption de la défense en ligne par le FFS et aussi par le Réveil de Saint-Louis de Mawade Wade, le COT de Jo Diop et l’US Ouakam de Mor N’Diaye «Frankie» a donné une impulsion décisive à l’équipe nationale du Sénégal des années 1967-1968 ! Cette fameuse équipe d’Asmara 68, archi-favorite à la CAN de 1968, dirigée par Lamine Diack, Mawade et Jo Diop ! Trois icônes du binôme sports-études ! Leur équipe d’Asmara 68 a fait se déplacer pour la première fois en Afrique des envoyés spéciaux des deux grands périodiques français (rivaux et antagonistes sur le plan tactique !) : Robert Vergne de l’hebdomadaire France Football et feu Mahjoub Faouzi du mensuel Miroir du Football. Cette innovation de la défense en ligne avec recul-frein adaptée de celle de Pierre Sinibaldi (coach du RSC d’Anderlecht de Bruxelles) était assimilée à la perfection par l’axe central de la défense du Sénégal d’Asmara, l’axe feu issa M’Baye du FFS et feu Moustapha Dieng de la JA .Et pourtant, en club, Moustapha Dieng jouait la défense de zone avec couverture ! Nous avons perdu de peu la CAN 1968 ! Si l’innovation Lamine Diack avait triomphé, nous aurions raflé le jackpot avec le couronnement de meilleur ailier gauche de cette CAN 68 obtenu par Yatma Diop! Ces années 1966-1968 du génial tacticien Lamine Diack ont failli nous faire oublier la fin de carrière du footballeur Lamine Diack et ses qualités de joueur : Lamine Diack, demi ou inter (actuel milieu de terrain) était doué d’une telle maîtrise technique et d’une telle vision du jeu qu’il jouait ave des lunettes sans aucun problème ! Comme, des années plus tard, Joseph Jurion, le meneur de jeu et capitaine du RSC d’Anderlecht de Bruxelles et Mapathé Vilane, le brillant ailier gauche du Réveil de Saint-Louis qui nous a enchantés lors d’une finale, Conakry-2 contre Réveil de Saint-Louis, d’un tournoi joué à Dakar en 1967. Les lunettes n’ont pas gêné ces artistes !
 
En 1961, Lamine Diack, joueur, a perdu le championnat du Sénégal lors de la dernière journée, la JA raflant le titre de Champion à notre grande joie d’adolescent désolé pour Lamine Diack ! Le dernier match joué par Lamine Diack pour le Foyer, sur la base de nos sources, a été gagné en 1962 par le FFS par 3 buts à 1 contre l’Espérance de Thiès. Lamine Diack avait marqué un but ce jour-là ! Lamine dont nous gardons encore le souvenir des fameux pénaltys qu’il tirait si bien et que, gamins, nous appelions «pénââtîî Lamine Diack», penaltys qui touchaient toujours l’intérieure de la structure de fer dans le but adverse ! Lamine Diack, dans la vingtaine, eût certainement marqué son pénalty lors de la séance de tirs fatidique de la finale de la CAN 2002. Sportif polyvalent, Lamine était un volleyeur exceptionnel sélectionné à la fin des années 1950. Une photo du journal Afrique Sports le montre en sélection de volley-ball avec Youssou Diagne et Badou Camara (US Gorée). Merci cher doyen président Lamine Diack, de l’iAAF, de nous avoir reçu avec chaleur, hospitalité et simplicité en octobre 1972 grâce à votre parent, notre Frère, le banquier footballeur de talent, Tidiane Diagne du Diaraf. Merci de nous avoir offert des billets pour le tournoi triangulaire qualificatif Sénégal, Guinée et Mali, pour les Jeux Africains de Lagos de 1973.

Qu’Allah vous assiste Président Lamine Diack !
 
Dr. oumar Dioume, PhD ;
Expert Senior UIT ;
ingénieur Télétrafic ;
Lauréat du Black History
Month (Montréal, 2003)
 
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Gonflement inquiétant de la masse salariale et ébullition du front social : le président-politicien veut se dérober
Le digne successeur du vieux président-politicien entretient la flamme qui met en ébullition le front social
La mort de Hamidou Dia !
Conséquences de choix politiciens irréfléchis : le front social toujours en ébullition !
lu pour vous Mauritanie/Sénégal : Il faut savoir raison garder
UNE CALEBASSE DE NOIX DE COLA POUR LE PRESIDENT MACRON
LE FRONT SOCIAL EN EBULLITION : La solution n’est sûrement pas pour demain
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22