Mise à jour: 17/02/2018 à 06H34 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
SEDHIOU - Grèves et boycott des évaluations et des cellules pédagogiques
L’APPEL DE L’ACADEMIE, LA DETERMINATION DES SYNDICATS
Moussa DRAME | 08/02/2018 | 11H01 GMT
 
Face à de sérieuses perturbations qui se dessinent à l’horizon d’une année déjà écornée dans son quantum horaire, l’inspecteur d’académie de Sédhiou a invité, avant-hier, mardi 6 février, les représentants de syndicats à une rencontre de partage sur les possibilités d’atténuation de l’impact de la grève sur les élèves. Cheick Faye invoque des paramètres géographiques avec un hivernage assez pluvieux dans la région de Sédhiou, comparativement aux abris provisoires qui y foisonnent. Ses interlocuteurs ont certes salué son initiative, mais sont restés sur leur position, invoquant une discipline syndicale qui ne leur permet pas d’agir à contre-courant du mot d’ordre national. Les parents s’inquiètent sans toutefois perdre l’espoir d’un fléchissement social de cette vague de colère.
 
La crise qui secoue le système éducatif, reste toujours sans solutions immédiates, du moins, selon les syndicats les plus représentatifs, à savoir le syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire (SAEMSS), le cadre unitaire des enseignants du moyen secondaire (CUSEMS), le syndicat des enseignants libres du Sénégal (SELS), le syndicat des enseignants libres du Sénégal/Authentique (SELS/A), l’union démocratique des enseignants du Sénégal (UDEN) et de bien d’autres. Ces syndicats exigent la matérialisation des accords signés avec l’Etat en février 2014.
 
Dans son nouveau plan d’action, le cartel des syndicats de l’enseignement a décrété 72 heures de grève hier, mardi, aujourd’hui et demain jeudi. L’option du boycott des évaluations semestrielles est aussi brandie par les syndicats qui réclament également l’augmentation des indemnités de logement et la fin des lenteurs administratives dans la prise en charge de leurs revendications.
 
L’inspecteur d’académie tente de sauver les évaluations
 
Avant-hier, mardi 6 février, l’inspecteur d’académie de Sédhiou a convoqué l’ensemble des syndicats les plus représentatifs à une rencontre de partage sur la situation de l’école dans la région de Sédhiou. Après avoir donné les raisons du retard du paiement des salaires de fin janvier pour certains enseignants dû, selon lui, à de nouvelles procédures financières édictées par l’union économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest (UEMOA), Cheick Faye a abordé la crise qui secoue l’école à l’échelle nationale.
 
Réaffirmant son respect aux représentants de syndicats qui ont promptement répondu à son invitation, l’inspecteur d’académie de Sédhiou a sollicité leur clémence pour «atténuer l’impact des grèves sur les élèves. Nous sommes dans une région où il pleut beaucoup avec beaucoup d’abris provisoires et si les évaluations sont boycottées le temps serait étroit pour se rattraper. Certes, ce serait trop de demander de surseoir à votre mouvement de grève, mais juste tenir compte de ce paramètre géographique», a dit Cheick Faye aux syndicats.
 
Et de poursuivre son argumentaire relevant que «pourtant aussi bien au niveau national que local certains établissements sont en train d’évaluer les élèves. Les réalités géographiques diffèrent. Ailleurs, comme à Dakar les élèves ont accès facile à l’internet avec des répétiteurs qui les encadrent à domicile ce qui est loin d’être le cas à Sédhiou».
 
La requête bute sur la «discipline syndicale»
 
Discussion à bâton rompu très relaxe comme du reste lors des précédentes rencontres de partage à l’inspection d’académie, les représentants des différents syndicats, au moins une bonne douzaine, ont salué cette initiative de dialogue de l’IA, avant de décliner leur position définitive par la voix de Seckou Badji, le porte-parole du jour et secrétaire général régional du CUSEMS : «nous nous réjouissons de cette initiative de dialogue de l’inspecteur mais nous ne sommes que des délégués de nos camarades. Et ce serait vraiment leur manquer d’égard que de vouloir décider autrement d’un mot d’ordre de grève décrété par le niveau central. Nous allons boycotter les évaluations, retenir éventuellement les notes pour ceux qui ont composé, et boycotter les cellules de formation pédagogique. Cependant nous restons ouverts au dialogue et en rapport avec nos camarades, nous allons apprécier le développement de la situation», a notamment précisé Seckou Badji entouré de ses pairs.
 
Pour sa part, Coumbamang Danso le président de l’union régionale des associations de parents d’élève de Sédhiou se dit optimiste quant à la suite de cette rencontre d’échange : «Ce sont des syndicalistes certes très jeunes, mais très réceptifs et responsables, il y’a de l’espoir qu’ils trouvent un palliatif à cette situation de concert avec leurs camarades du niveau national». 
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Formation diplômante des IA, MC et PC, recrutement des inspecteurs, décret du corps des administrateurs scolaires
A L’HEURE DES REVENDICATIONS PEDAGOGIQUES
Suivi du programme national de développement sanitaire
DIOUF SARR POUR LA MUTUALISATION DES RESSOURCES
Difficiles conditions d’accès des populations aux structures sanitaires
AMADOU KANOUTE PLAIDE POUR DE BONNES POLITIQUES PUBLIQUES
Pour améliorer la prise en charge de la sante et survie de l’enfant
L’INSTITUT SOCIAL DE PEDIATRIE LANCE UN MASTER
Enseignement technique et formation professionnelle
DIONNE ANNONCE PLUS 81 MILLIARDS D’ICI 2020
Kaolack -promotion de la relève syndicale
PRES DE CINQUANTE PARTICIPANTES S’INVESTISSENT
Mise en œuvre de la loi d’orientation sociale
L’ETAT ANNONCE UNE PANOPLIE DE MESURES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22