Mise à jour: 28/02/2017 à 11H57 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
ADAPTATION DES CULTURES AUX EFFETS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE
L’IPAR DEGAGE LES PISTES
Fatou NDIAYE | 28/02/2017 | 11H21 GMT
 
L’Initiative prospective agricole et rural (Ipar) a indiqué la voie à suivre pour une agriculture beaucoup plus résiliente aux effets des changements climatiques. En présentant hier, lundi 27 février, les résultats de l’évaluation de l’impact du changement climatique sur l’agriculture dans la zone, le directeur de la recherche, Ibrahima Athie, préconise des politiques réfléchies afin de permettre aux ménages de choisir les cultures adaptées au changement climatique.
 
Au terme d’une étude menée sur l’impact du changement climatique sur l’agriculture avec comme référence le Nioro du Rip, l’Initiative prospective agricole et rural (Ipar) a préconisé des politiques réfléchies et de recherches approfondies afin de permettre aux ménages de faire face aux effets des changements climatiques d’ici 2050.  L’étude menée au Nioro du Rip, a révélé que pour faire face aux effets des changements climatiques, il faut un choix des cultures, des types de population et des systèmes de production. Ainsi, révèle Ibrahima Athie, «le maïs sera beaucoup plus vulnérable que les autres cultures. L’arachide sera beaucoup plus résiliente. L’adaptation est donc possible que sur les ménages où l’arachide joue un rôle important».      
 
En revanche, les ménages où le maïs joue un rôle important subiront les effets des changements climatiques. Par conséquent, le directeur de la recherche à l’Ipar trouve qu’il est nécessaire de choisir des variétés moins sensibles à la chaleur. Mieux, ajoute-t-il, «des variétés dont le cycle est allongé, peuvent contribuer à l’adaptation des cultures céréalières». Le choix  de la zone du Nioro du Rip pour mener l’étude s’explique par le fait qu’elle est au centre du pays. Mieux, elle est aussi au cœur du bassin arachidier. Et, une étude de la banque a été déjà effectuée dans la zone. 
 
La recherche menée sur le Nioro s’inscrit dans le cadre d’un projet international, «the agricultural model inter comparaison and improvement Project (Agmip)». Il vise à trouver l’impact des changements climatiques sur l’agriculture dans le monde notamment en Afrique et en Asie.      
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
MANQUE D’EAU, DISPARITION DES RESERVES FORESTIERES, ABSENCE DE RESSOURCES ENERGETIQUES SUFFISANTES…
LA MISERE SANS NOM DES VILLAGES DE LA PETITE COTE
BAMBEY - INFANTICIDE A GAWANE
SOPHIE NDIAYE MET FIN AUX JOURS DE SON NOUVEAU NE
DECOUVERTE MACABRE A SEDHIOU
LE CORPS D’UN GARÇON DE 7 ANS RETROUVE SOUS LE PONT DE TALTO
GUINGUINEO - SIDYA NDIAYE DE LA FGTS SUR LA MISE EN PLACE DE L’AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE LOCALE
«L’ETAT DOIT DILIGENTER LES PROCEDURES…»
ZIGUINCHOR
LES ARTISANS DE L’AUTOMOBILE ETALENT LEUR PRECARITE
TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE DAKAR
ABDOUL MBAYE PASSE A LA BARRE, LE 02 MARS PROCHAIN
SEDHIOU - ENGAGEMENT DES RELIGIEUX DANS L’AGRICULTURE ET CONTRE LE TERRORISME
LE KHALIFE DE TOURECOUNDA RAPPELLE LES MISSIONS DU SPIRITUEL
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22