Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Usage disproportionné de la force par les garde-côtes mauritaniens, pillage des boutiques de mauritaniens
L’OPPOSITION DEMOCRATIQUE MAURITANIENNE «CONDAMNE ENERGIQUEMENT» ET…
Mariame Djigo | 01/02/2018 | 03H51 GMT
 
La mort de Fallou Diakhaté, du nom du jeune pêcheur de Guet-Ndar de 19 ans, froidement abattu par les garde-côtes de la Mauritanie, samedi dernier continue de susciter des réactions de condamnation aussi bien au Sénégal qu’en Mauritanie. Dans ce dernier pays, le Front national pour la démocratie et l'unité (FNDU) se joint à cette vague de contestation. Dans une déclaration parvenu à la rédaction de Sud Quotidien, l’Opposition Démocratique Mauritanienne, «tout en reconnaissant le droit de la Mauritanie à préserver ses eaux territoriales, condamne énergiquement l’usage disproportionné de la force qui a conduit à la mort d’un pécheur sénégalais, tout comme elle condamne énergiquement le pillage des boutiques appartenant à des mauritaniens. Elle s’élève contre tout acte et tout agissement de nature à perturber les relations mauritano-sénégalaises et les relations avec les voisins en général.»
 
Toutefois, le FNDU «invite les autorités des deux pays à faire preuve de responsabilité, à désamorcer la crise, à privilégier l’intérêt des deux pays sur toutes les considérations particulières et étroites et à œuvrer pour que ce genre d’incidents douloureux ne se répète pas. Elle fait porter aux autorités des deux pays la responsabilité des conséquences fâcheuses qui pourraient découler de toute gestion irresponsable d’une telle situation.»
 
Aussi l’Opposition Démocratique Mauritanienne exhorte-elle «les autorités des deux pays à conclure, dans les meilleurs délais, un accord de pêche qui, tout en préservant la souveraineté et les intérêts de la Mauritanie, renforce les liens de bon voisinage, de solidarité et d’avantages réciproques qui doivent unir les deux pays frères.»
 
En outre le FNDU «appelle les forces politiques et sociétales et toutes les bonnes volontés dans les deux pays frères à faire face aux propagandes fallacieuses dont les auteurs tentent d’envenimer les relations entre les deux pays frères» et «exprime ses condoléances attristées à la famille de la victime sénégalaise et sa compassion aux commerçants mauritaniens touchés dans leurs biens.»
 
Par ailleurs, le FNDU constate que les relations mauritano-sénégalaises ne cessent de connaître de graves tensions, dues à des incidents douloureux que rien ne peut justifier. «En effet, comment justifier, d’une part, le fait de tirer à balles réelles sur des pêcheurs sénégalais désarmés et tuer l’un d’eux? Et comment justifier, d’autre part, que les commerces de citoyens mauritaniens paisibles soient livrés au pillage et au vandalisme», s’interroge cette opposition ?
 
Pour l’Opposition Démocratique Mauritanienne, «les relations entre les deux pays exigent, de la part de leurs autorités réciproques, de faire preuve de responsabilité et de traiter chacune les citoyens de l’autre comme le dictent les règles de bon voisinage, le caractère séculaire des relations entre les deux peuples et l’importance des intérêts partagés par les deux pays frères et voisins. La Mauritanie et le Sénégal sont tenus, par la force de l’histoire et de la géographie, de s’entendre et de coopérer. Comme tous les pays voisins, aucun d’eux ne peut ignorer l’autre et, qui plus est, aucun d’eux ne peut vivre en paix et sécurité s’ils ne parviennent pas, ensemble, à construire des relations fondées sur la confiance et la préservation des intérêts mutuels», note la source.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Lutte contre les aleas climatiques dans les zones agro-sylvo-pasorales
LA FAO, L’ANACIM ET LE CSE MUTUALISENT LEURS INTERVENTIONS
Protection des droits de l’enfant
UN GUIDE POUR AMELIORER LE TRAITEMENT JOURNALISTIQUE DES QUESTIONS INFANTILES
Cascade de démissions après le scandale sexuel à l’ong Oxfam
DESMOND TUTU IMITE BABA MAAL
A cause du changement de la composition du tribunal
IMAM ALIOU NDAO ET CIE RENVOYES AU 14 MARS
Demande de liberté provisoire pour Assane Camara, Ibrahima Ly et Oumar Keita
LE TRIBUNAL DIT NIET
Demande de comparution de l’ancien directeur de la section recherche et du directeur de la dic
LES AVOCATS D’IMAM NDAO REJETTENT L’ENQUETE PRELIMINAIRE
En Route Vers Pâques
L’EGLISE MONTRE LA VOIE A SUIVRE
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22