Mise à jour: 30/11/2017 à 12H00 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Pour contraindre Macky Sall à une discussion saine et utile
LA COALITION SAMM LI NU BOKK (SLB/AS) POUR UN FRONT DE L’OPPOSITION
Nando Cabral GOMIS | 30/11/2017 | 10H47 GMT
 
La coalition Samm li lu bokk/Alternative solidaire (Slb/As) qui regroupe des formations politiques telles que : Pastef, Rnd, Taxawtemm et le Yoonu askanwi campe sur sa position de ne prendre part à la «parodie de dialogue décidée unilatéralement par le ministre de l’Intérieur». Dans une déclaration rendue publique hier, mercredi 29 novembre, à l’issue de sa réunion tenue le dimanche 26 novembre dernier, à la Permanence nationale, Mamadou dit Jean DIEYE (Kër Askan Wi), la coalition Slb/Asplaide pour la mise sur pied d’un front d’unité d’action et de lutte des forces de l’opposition démocratique capable d’amener Macky Sall à une discussion saine et utile, susceptible de mettre la démocratie sénégalaise sur de bons rails.
 
Absents à la table du dialogue sur le processus électoral, initié le 21 novembre dernier, par le ministre de l’Intérieur, la coalition Sammli lu bokk/Alternative solidaire (Slb/As) qui regroupe des formations politiques telles que : Pastef, Rnd, Taxawtemm et le Yoonu askanwi réitère son attachement à «l’impérieuse nécessité d’un dialogue permanent et constructif à tous les niveaux». Dans une déclaration rendue publique hier, mercredi 29 novembre, à l’issue de leur réunion tenue le dimanche 26 novembre dernier, à la permanence nationale Mamadou dit Jean DIEYE (Këraskanwi), les membres de Slb/As, en dépit de cet esprit d’ouverture, confirment cependant la justesse de leur position de «refus de la parodie de dialogue décidée unilatéralement par le ministre de l’Intérieur».
 
Pour justifier sa position de refus, la coalition Samm li nubokk/Alternative solidaire évoque le «caractère discriminatoire de l’invitation» en soulignant le fait que «certains partis et mouvements légalement constitués et notoirement connus des services dudit ministère n’ayant pas été conviés pour on ne sait quelle raison». À cela s’ajoute, à en croire toujours les membres de Slb/As, la «définition unilatérale par le ministre,  de l’objet et du format de la rencontre» ainsi que «l’absence de sincérité et manque de confiance devant une opération de «charme» politique et de communication spécieuse pour amuser la galerie, tromper l’opinion publique nationale et internationale».
 
La coalition Slb/As plaide ainsi pour la mise sur pied d’un front d’unité d’action et de lutte des forces de l’opposition démocratique capable d’amener Macky Sall à une discussion saine et utile, susceptible de mettre la démocratie sénégalaise sur de bons rails. «Il appartient alors aux forces de l’opposition démocratique de se hisser à la hauteur des enjeux et défis de l’heure, pour assumer pleinement leurs responsabilités.
 
À cet effet, «la mise en place d’un front d’unité d’action et de lutte est parfaitement opportune, afin de mener sur le terrain, dans l’unité de combat la plus large possible et en tirant toutes les bonnes leçons de l’expérience de Mànkoo Wattu Senegaal. Les batailles nécessaires  capables d’amener Macky Sall à une discussion saine et utile, susceptible de mettre la démocratie sénégalaise sur de bons rails», ont exhorté les responsables de Slb/As dans ce document dont une copie est transmise à Sud quotidien.
 
Poursuivant, la coalition Slb/As pour mieux appuyer les propositions, souligne que «l’obsession du second mandat vaut bien pour Sall et les siens toutes les turpitudes possibles et imaginables». «Au regard des précédentes esquisses de dialogue initiées par le pouvoir du président Macky Sall (par exemple le 28 mai décrété ‘’journée du dialogue national’’), qui se révèlent n’être que de grands  shows médiatiques agrémentés d’engagements jamais respectés parce que constituant de simples effets d’annonce, aucun acteur sérieux ne peut accorder un quelconque crédit à la parole présidentielle faite de multiples reculades et autres wax waxeet habituels», rappellent Madieye Mbodj, Porte-parole de «YoonuAskan Wi» et compagnie.
 
«Slb/As ne saurait servir de caution à une mascarade de dialogue politicien, destinée à faire passer en pertes et profits les fraudes scandaleuses ayant entaché le déroulement des législatives de juillet dernier. Sorti de ces élections malgré tout minoritaire dans le pays, Macky Sall a du mal à masquer l’échec de sa politique économique et sociale face aux difficultés auxquelles les Sénégalais sont confrontées au quotidien, dans tous les secteurs de la vie économique, sociale et culturelle nationale», précisent-ils, avant de conclure en posant des interrogations sur ce qu’est advenu des conclusions des Assises nationales, des recommandations de la Cnri(Commission nationale de réforme des institutions). De la Concertation nationale sur l’avenir de l’Enseignement supérieur ou des Assises nationales sur l’Éducation et la Formation et tout récemment de la Commission nationale de réforme foncière, les deux dernières commanditées pourtant par le Président Macky Sall lui-même ?
 
Slb/As Déplore le dégonflement du ballon de baudruche» de l’autosuffisance alimentaire promise pour 2017
 
Se prononçant sur la gouvernance sociale et la sécurité civile, la coalition Slb/As dit constater avec regret le dégonflement comme un «ballon de baudruche» de l’autosuffisance alimentaire promise pour 2017», refrain préféré des tenants du pouvoir ces 5 ans dernières, plongeant ainsi dans le désarroi des millions de paysans laissés à eux-mêmes face aux incertitudes de la campagne de commercialisation agricole. Loin de s’en tenir là, les responsables de la coalition Slb/As ont également déploré non seulement «le chômage des jeunes diplômés ou non» qui selon eux, «continuent d’annihiler en eux tout rêve et tout espoir de vie digne dans leur propre pays, les jetant sur les chemins du désert sahélien, vers «Barsa ou Barsaq». Mais aussi le bradage de nos terres au profit des multinationales capitalistes, spoliant les populations rurales de leurs terres comme dans le Ndiael, à Diogo ou à Dodel.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Babacar DIOP de la Jds sur le dialogue politique
«C’EST UNE PERTE DE TEMPS»
Dialogue politique inclusif et sincère
LA SOCIETE CIVILE JOUE AU FACILITATEUR
Malick Gakou, président du grand parti sur le combat pour la libération de Khalifa Sall
«J’ENGAGE LE GRAND PARTI A DEMEURER AU 1ER RANG»
Levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar
KHALIFA VERS UN PROCES
Rejet du dialogue politique par une bonne partie de l’opposition
LA COJER AVERTIT ET TIRE SUR MADICKE NIANG
Loi des finances 2017-2018
LE GROUPE PARLEMENTAIRE LIBERAL REFUSE DE VOTER LE BUDGET
Affaires Khalifa Sall et Cheikh Tidiane Gadio
DES MEMBRES DE L’OPPOSITION ET LA LD EN BOUCLIER
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22