Mise à jour: 17/02/2018 à 06H34 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Gestion de l’hôpital général de Grand Yoff
LA DIRECTRICE AU BANC DES ACCUSES
Denise ZAROUR MEDANG | 08/02/2018 | 09H48 GMT
 
La gestion de l’hôpital général de Grand Yoff  est chaotique. C’est du moins ce que fait savoir le syndicat démocratique des travailleurs de la santé et du secteur social (Sdt-3S). Lors de leur assemblée générale hier, mercredi 7 février, en présence du secrétaire général du Cnts-Fc, Cheikh Diop,  leur représentant syndical a laissé entendre que «la directrice dudit  hôpital gère des marchés comme bon le semble et qui n’ont d’aucune utilité, au même moment l’hôpital peine à payer les salaires des employés, à équiper certaines structures et à gérer les intrants en rupture».
 
L’alerte est lancée à l’hôpital Général de grand Yoff.  Le syndicat démocratique des travailleurs de la santé et de l’action sociale ( Sdt- 3S) a haussé le ton après plus d’une année de refus de tenir son assemblée générale au sein de la structure de santé. Cheikh Seck, le représentant syndical fustige le comportement de la directrice de Hoggy.
 
Pour lui, la gestion de l’hôpital est catastrophique. «On nous lacère souvent en disant que les malades ne sont pas bien pris en charge. Il y a aussi que les malades viennent vers nous aussi pour se plaindre des manquements au niveau de la structure. Au même moment, nous les agents de la santé, nous subissons la mauvaise gestion de la directrice» fait savoir Cheikh Seck. Et de poursuivre : «plusieurs transformations qui n’ont aucune utilité sont faites au sein de l’hôpital pour une vue de façade, mais au même moment, certains départements manquent de matériels, de médicaments et le laboratoire d’intrants.»
 
Pour Cheikh Seck, les maux ne manquent pas et jusqu’à hier, 7 février, des travailleurs n’ont pas encore perçu leur salaire : «Le mois passé, nous avons fait un découvert bancaire pour payer les salaires, ce mois-ci, nous sommes toujours à l’attente. L’hôpital a un budget de 6 milliards, si on prend les recettes pour les remettre aux fournisseurs pour des marchés qui n’ont aucune utilité pour les populations, c’est sûr qu’on aura du mal à payer les salaires» a-t-il déclaré.
 
Le syndicat est revenu aussi sur leur plateforme revendicative  déposée auprès du ministère de la santé et de l’action. Les responsables syndicaux attendent toujours d’être reçus pour discuter sur les points relatifs à leur carrière, aux indemnités de logement dont ils ne bénéficient pas toujours, mais aussi de certaines primes.
 
Le secrétaire général Cnts-fc, Cheikh Diop, n’a pas manqué lui aussi de fustiger  le comportement de la directrice de l’hôpital qui «refuse que des réunions syndicales se tiennent au sein de l’établissement. Nous ne pouvons pas accepter que nos droits soient bafoués. Le front social en a suffisamment pour qu’on en rajoute pas inutilement».
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Formation diplômante des IA, MC et PC, recrutement des inspecteurs, décret du corps des administrateurs scolaires
A L’HEURE DES REVENDICATIONS PEDAGOGIQUES
Suivi du programme national de développement sanitaire
DIOUF SARR POUR LA MUTUALISATION DES RESSOURCES
Difficiles conditions d’accès des populations aux structures sanitaires
AMADOU KANOUTE PLAIDE POUR DE BONNES POLITIQUES PUBLIQUES
Pour améliorer la prise en charge de la sante et survie de l’enfant
L’INSTITUT SOCIAL DE PEDIATRIE LANCE UN MASTER
Enseignement technique et formation professionnelle
DIONNE ANNONCE PLUS 81 MILLIARDS D’ICI 2020
Kaolack -promotion de la relève syndicale
PRES DE CINQUANTE PARTICIPANTES S’INVESTISSENT
Mise en œuvre de la loi d’orientation sociale
L’ETAT ANNONCE UNE PANOPLIE DE MESURES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22