Mise à jour: 17/02/2018 à 06H34 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Parfum de détournement de millions
LA MAIRIE DE KANEL «OUVRE» SA CAISSE
Abdoulaye THIAM | 09/02/2018 | 10H32 GMT
 
Le compte administratif (gestion 2016) de la mairie de Kanel (Région de Matam) fait l’objet de vives controverses. Des conseillers municipaux soutiennent y avoir décelé des «irrégularités» et des dépenses «imaginaires», notamment, sur l’utilisation des 20 millions du PNDL destinés à l’extension du réseau électrique ; de 15 millions pour la réfection du poste de santé et 4 autres millions destinés à accompagner les initiatives de ramassage des ordures ménagères. Autant de dépenses qui figurent pourtant en bonne place dans le document dont nous avons reçu copie. Mais, le hic, soutiennent le 1er adjoint au maire, Amadou Mamoudou Bâ et le conseiller municipal Hassimiou Bassoum, de tels travaux n’ont jamais été exécutés. Ce que réfute le maire Haymouth Daff que nous avons joint au téléphone.
 
Alors que l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar n’a pas encore livré son verdict, une autre, plus «petite» de la commune de Kanel se trouve dans la tourmente. En effet, c’est le maire en personne, Haymouth Daff qui est accusé de «détournement» par son premier adjoint, Amadou Mamoudou Bâ et un conseiller municipal, Hassimiou Bassoum.
 
Les deux élus disent avoir eu la surprise de leur vie quand ils ont retrouvés dans le compte administratif «Gestion 2016», de la mairie de Kanel, des dépenses exécutées, alors que toute la population attend encore avec impatience leurs réalisations, pour sortir des ténèbres.
Il s’agit de 20 millions mis à la disposition de la mairie de Kanel dans le cadre du  PNDL ; de 15 millions pour la réfection du poste de santé de la même localité et de 4 autres millions destinés à accompagner les initiatives de ramassage des ordures ménagères.
De telles dépenses figurent pourtant en bonne place dans le compte administratif dont Sud Quotidien a obtenu copie. Seulement, soutiennent Messieurs Bâ et Daff, «aucun de ces fonds n’a été mis en exécution réelle».
 
Ce qui fait dire à Hassimiou Bassoum que «si Khalifa Sall a picoré des grains de mil et de riz, le Maire de Kanel lui, bouffe des fils et des poteaux électriques, du fer et du ciment».
 
Et d’ajouter : «Nous sommes formels : ces fonds ont été détournés. Rien qu’en se fondant sur la réponse fournie par le Maire, lors dudit conseil, en soutenant qu’il aurait procédé à ce qu’il appelle à une «réorientation de ces fonds», sans l’aval du conseil dont nous sommes membres».
 
Le 1er adjoint au maire embouche la même trompette. «Nous ne demandons qu’une seule chose : où sont passés ces fonds ? C’est tout !», martèle Amadou Mamoudou Bâ. Et d’ajouter : «nous avons voté à l’unanimité pour mettre les 20 millions du PNDL dans l’extension du réseau électrique parce que notre ville manque d’éclairage. Hélas, à notre grande surprise, on nous fait savoir que les travaux ont été exécutés. Or, la dernière extension remonte au maire Amadou Tidiane Wane en 2010. Tant qu’il ne nous aura pas fourni des explications, nous considérons qu’il y a détournement».               
 
Macky Sall interpellé 
 
Les détracteurs de Haymouth Daff ne croient pas une seule ligne à ce qu’a déclaré leur maire. Ils ont interpellé le Chef de l’Etat et les organes de contrôle de l’Etat à venir «fouiner» dans la mairie de Kanel. «Il (Haymouth Daff, Ndlr) fait dans le dilatoire. On ne lui demande qu’une seule chose : où sont passés les fonds. Comment peut- il m’accuser d’absentéisme alors que je vis avec ma famille à Kanel ; Pendant que lui, réside à Dakar et ne vient chez nous que lors du vote de budget. C’est un faux débat ça ! Même pour mes indemnités, c’est vous (Sud Quotidien, Ndlr) qui m’apprenez que c’est lui qui les a bloquées. Je croyais qu’il s’agissait juste des tensions de trésorerie depuis deux mois. En plus que valent 60.000 F CFA. Même si c’est un droit», tonne Amadou Mamoudou Bâ. Qui interpelle par la même occasion le Président de la République : «nous sommes avec Macky Sall parce qu’il nous a convaincu qu’il ne protégera personne ; que la reddition des comptes est une demande sociale. Alors que le maire de Kanel s’explique. On ne peut pas accepter du deux poids, deux mesures. Des signes avant-coureurs ont été d’ailleurs lancés lors de la venue de Aliou Sall. Ce sont les populations de Kanel qui ont empêché leur maire de parler».
 
Quant à Hassimiou Bassoum, il ajoute : «Nous en appelons à tous les corps de contrôle de l’Etat pour que cette situation soit tirée au clair afin de servir de leçon à toutes les autres collectivités locales, même s’il est d’un constat général que les corps de contrôle de l’Etat ne s’intéressent pas aux petites communes alors que toutes les communes sont censés être d’égale dignité aux yeux du code général des collectivités locales».                                      
 
Haymouth Daff dégage en touche et accable ses détracteurs
 
Le maire de Kanel, Haymouth Daff que nous avons joint au téléphone a balayé tout d’un revers de la main et a parlé de «velléités de résistance qui n’ont pas de fondement». Il en veut pour preuve, le nombre conseillers qui ont approuvé son budget. «Sur les 36 conseillers présents, les 26 ont voté oui», souligne M. Daff qui soutient n’avoir été animé que par le souci de transparence depuis qu’il a été porté à la tête de la commune. «Sans le compte de gestion du payeur le rapport n’est pas valable», tranche-t-il.
 
Mieux ajoute-t-il sur l’utilisation des 20 millions du PNDL, «c’est le premier adjoint au maire qui m’a même demandé de le faire. Quant au poste de santé, ce serait intéressant de voir avec l’IPC. On manquait de tout : de matériels, de bureaux, de chaises. Nous avons alors décidé de procéder autrement». Et d’ajouter : «j’ai même reçu les félicitations du comité du santé. Ce ne sont pas 20 millions qui me font courir. J’ai quand même travaillé pendant 12 ans à la direction générale des élections où j’ai été appelé à gérer des fonds importants».

Ces mises au point faites, Haymouth Daff explique pourquoi M. Bassoum et son adjoint lui en veulent. «Le premier adjoint au maire est un absentéiste. Je ne peux pas le révoquer parce que c’est un élu. Mais, la loi me permet d’agir autrement et j’ai bloqué ses indemnités et il est devenu un lion blessé. Voilà pourquoi, il rue dans les brancards. Quant au jeune Hassimiou Bassoum, je l’ai aidé et ensuite son leader a été viré de son poste. Ils sont donc en récréation. Ils n’en ont pas fini avec les attaques. Ils étaient à 60 millions. Ils viennent de redescendre à 16 millions». Pourtant signale-t-il, «je suis un des rares maires à être audité et à recevoir les félicitations du Forum Civil. J’ai été ensuite reçu par le Président de la République».     
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Développement du secteur de la pêche et sante de la mère et de l’enfant
MACKY SALL LISTE LES URGENCES
Incident mortel à la frontière Sénégalo- Bissau guinéenne
UN PELERIN BISSAU-GUINEEN TUE ET DEUX AUTRES BLESSES
33eme édition de la Ziarra annuelle de Thierno Ahmadou Saidou Balde
DANS LA FERVEUR RELIGIEUSE DE MADINATOUL HOUDA
Un mois après la tuerie de Boffa Bayotte
TOUBACOUTA TOUJOURS DANS LA PSYCHOSE
Amélioration des droits d’accès des femmes a la terre au Sénégal
LANCEMENT D’UN PROJET DE RECHERCHE-ACTION SUR LA PROMOTION D’UNE GOUVERNANCE FONCIERE
Audiences foraines à Nabadji Civol
ABDOULAYE SALLY SALL «ENROLE» 1842 PERSONNES
FORUM DU 1er EMPLOI - Lutte contre le chômage et les inégalités
LE MOUVEMENT DES ENTREPRISES DU SENEGAL S’ENGAGE
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22