Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Risques d’un nouveau cycle de violences en Casamance
LE FPDR INVITE A DES NEGOCIATIONS SERIEUSES
Jean Michel DIATTA | 12/01/2018 | 11H48 GMT
 
Suite à la tuerie du week-end dernier en Casamance, faisant 14 morts et 7 blessés, la Conférence des leaders du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) invite le chef de l’Etat, Macky Sall et son gouvernement à engager des négociations sérieuses avec toutes les composantes du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) pour un règlement pacifique et durable du conflit.
 
La boucherie survenue le samedi dernier dans la forêt du «Bayotte», occasionnant la mort de 14 jeunes aux dernières nouvelles et faisant 7 blessés, continue de susciter de l’indignation au niveau de la classe politique. Cette fois-ci, c’est la Conférence des leaders du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) qui a tout d’abord, tiré à boulets rouges contre le régime actuel, tout en réclamant une solution durable à la crise. Dans la note qui a sanctionné leur dernière réunion (lundi passé), Mamadou Diop Decroix et compagnie s’en prennent à la gestion du conflit par le régime actuel. En effet, ils interpellent «Macky Sall et son gouvernement pour qu’il renonce à la politique des faux-semblants et des faux-fuyants qui caractérise sa gestion du conflit qui endeuille la Casamance depuis de trop nombreuses décennies».
 
Pour eux, ce qui est survenu ces derniers jours montrent «que les annonces répétées sur un retour de la paix n’étaient que propagandistes car non confortés par des progrès réels dans les discussions avec les différents acteurs en cause». Les leaders du Fpdr restent ainsi convaincus que «les rentiers de la guerre semblent être encore à la manœuvre alors qu’ils devraient être fermement écartés et mis hors d’état de nuire».
 
Pour ce faire, Mamadou Diop Decroix et compagnie, qui estiment que les populations de la région ne sentent pas la présence du gouvernement à leur côté pour lutter contre les «prédateurs des ressources naturelles locales, notamment les produits forestiers et le zircon», tirent la sonnette d’alarme. En effet, jugeant que «le risque d’un nouveau cycle de violences est réel», ils ont trouvé nécessaire «qu’une nouvelle dynamique s’engage autour de négociations sérieuses avec toutes les composantes du Mfdc pour une solution pacifique et durable de ce conflit».
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Développement du secteur de la pêche et sante de la mère et de l’enfant
MACKY SALL LISTE LES URGENCES
Parfum de détournement de millions
LA MAIRIE DE KANEL «OUVRE» SA CAISSE
Incident mortel à la frontière Sénégalo- Bissau guinéenne
UN PELERIN BISSAU-GUINEEN TUE ET DEUX AUTRES BLESSES
33eme édition de la Ziarra annuelle de Thierno Ahmadou Saidou Balde
DANS LA FERVEUR RELIGIEUSE DE MADINATOUL HOUDA
Un mois après la tuerie de Boffa Bayotte
TOUBACOUTA TOUJOURS DANS LA PSYCHOSE
Amélioration des droits d’accès des femmes a la terre au Sénégal
LANCEMENT D’UN PROJET DE RECHERCHE-ACTION SUR LA PROMOTION D’UNE GOUVERNANCE FONCIERE
Audiences foraines à Nabadji Civol
ABDOULAYE SALLY SALL «ENROLE» 1842 PERSONNES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22