Mise à jour: 15/11/2017 à 10H24 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Sécurisation des territoires
LE GENERAL CHEIKH GUEYE LISTE LES CONTRAINTES DES ARMEES
Fatou NDIAYE | 15/11/2017 | 10H14 GMT
 
Le Chef d’Etat-major général des Armées (CEMGA), le général Cheikh Gueye, qui intervenait hier, mardi 14 novembre, au deuxième jour de la 4e édition du Forum de Dakar sur la Paix et la Sécurité, a listé les contraintes qui bloquent souvent les Armées dans l’exercice de leur mission. Il s’agit, dit-il, de «l’utilisation de méthodes et d’outils spécifiques à chaque acteur et l’absence d’une compréhension commune du cadre d’emploi des forces lorsqu’elles agissent conjointement sur le territoire». Il s’y ajoute que «le défaut de cultures, de doctrines et de procédures communes constitue aussi une entrave, même si le cadre juridique est bien défini». Le général de corps d’Armées et chef d’Etat-major des Armées sénégalaises de renchérir également que «l’exigence pour que les moyens militaires restent sous l’autorité de leur commandement hiérarchique et que ce dernier soit libre de définir les modalités d’emploi n’est pas toujours bien perçu dans l’intervention en appui aux Forces de sécurité intérieure».
 
JEAN YVES LE DRIAN, MINISTRE FRANÇAIS DES AFFAIRES ETRANGERES : «La France souhaite ouvrir une école… régionale dans le domaine de la paix et de cybersécurité à Dakar»
 «Faisons en sorte que la mobilisation africaine conduit à des opérations de maintien de la paix beaucoup plus performantes, à un dynamisme plus fort et des résultats meilleurs. Il faut faire de sorte que la cybersécurité soit prise en compte par les autorités africaines. Nous voulons que cet enjeu soit une des priorités pour l’Union Africaine (UA). La France souhaite installer, dans cet état d’esprit de cybersécurité, une école nationale à vocation régionale dans le domaine de la paix et de cybersécurité ici à Dakar. Et, je voudrai que cela se fasse dans les brefs délais. J’ai eu l’occasion de m’en entretenir avec le président Macky Sall. Il s’agit d’un projet innovant en vue de renforcer les capacités de nos partenaires africains dans la réponse aux menaces cybers, que ça soit la protection du réseau et la cyber attaque. La rencontre de cette année, le Forum de Dakar prend une tournure particulière parce que nous aurons, dans quelques jours à Abidjan, le sommet Union Européenne et l’Union Africaine. Ce sera un événement d’autant plus que pour la première fois il y aura une Déclaration d’intention, une espèce de feuille de route liée à la paix et à la sécurité en Afrique. Le Forum aura servit aussi  de créer un cadre de coopération tripartite entre l’Union Africaine, l’Union Européenne et les Nations Unies».
 
CRIMES ORGANISES ET TERRORISME : La fondation Konrad  Adenauer organise la réflexion
La criminalité organisée en Afrique de l’Ouest qui est la connexion entre les trafiquants de drogues de l’Afrique de l’Ouest et les organisations terroristes est établie, selon le Représentant résident de Konrad Adenauer Stiftung (FKA), Thomas Volk. Cette avis est partagé par le juge namibien au pôle antiterroriste, Aminou Koundy, un des panelistes à l’exposé qui avait pour thème, «La criminalité organisée, un défi transatlantique commun». Il a estimé que la connexion entre l’Afrique et les narcotrafiquants d’Amérique Latine est connue. Il faudrait, dès lors, lutter contre le trafic de drogues. Un combat qui n’a rien à voir avec celui contre le terrorisme. Il faudrait aussi, selon le juge namibien, contrôler les trafiquants de migrants pour qu’ils ne tombent pas entre les mains des terroristes. 
 
FORUM SUR LA PAIX ET LA SECURITE DE DAKAR : La politique gâche l’organisation
La tradition sénégalaise, plutôt celle des leaders politiques à vouloir montrer leur capacité de mobilisation, a gâché la sobriété du Forum sur la Paix et la Sécurité de Dakar.  En effet, à l’ouverture comme à la clôture des débats, des femmes qui ne maitrisent absolument rien du tout des échanges, ont pris d’assaut la salle de conférence. Un fait qui n’a pas laissé indifférents certaines délégations étrangères qui interpellent, de temps à autres, les journalistes pour demander si ces dernières n’ont rien à faire que de venir uniquement pour applaudir les autorités. Evidemment, ces participants étrangers sauront désormais que ces femmes ont été mobilisées, payées et transportées par des politiques, rien que pour ça.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Institution d’un prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique
LA COJER NOUVELLE DYNAMIQUE FELICITE ET ENCOURAGE MACKY SALL
Révision de la ligne «Guindima» de la sante sexuelle
LE PULAAR VIENT EN RENFORT
PERSISTANCE DES FOYERS DE TENSION EN AFRIQUE
LES OPERATIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX JUGEES INEFFICACES
KAOLACK - ASSAINISSEMENT ET DRAINAGE DES EAUX PLUVIALES
UNE ENVELOPPE DE 40 MILLIARDS PROMIS POUR LE MONTAGE DU RESEAU
KEUR BAKA - PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT LOCAL
L’ENEA OFFRE UN NOUVEAU PLAN D’ADAPTATION AU CONSEIL MUNICIPAL
GLOBAL ENTREPRENEURSHIP WEEK
CES OPPORTUNITES POUR LES JEUNESSES SENEGALAISES AUX USA
AFFAIRE DES 38600 EUROS DE FARBA NGOM
LA VERITE DES FAITS
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22