Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Célébration de la créativité artistique et littéraire
LE GRAND PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE POUR LES ARTS ET LES LETTRES PASSE DE 10 A 20 MILLIONS
Mariame Djigo | 20/12/2017 | 11H25 GMT
 
La cérémonie de remise des Grands Prix du Président de la République pour les Arts et les Lettes a eu lieu hier, mardi 19 décembre, au Grand Théâtre. Cette année, le chanteur Baaba Maal et le réalisateur Ousmane William Mbaye sont les deux lauréats pour les Arts alors que le Grand Prix pour les Lettres est remporté par la romancière Rahmatou Samb Seck. Venu présider la cérémonie, le Chef de l’Etat, Macky Sall, a ainsi décidé de porter le Grand Prix de 10 à 20 millions de F Cfa et le Prix d’encouragement de 2 à 4 millions de F Cfa, avec une application pour la présente édition.
 
2017 décrétée «année de la culture» par le président de la République, Macky Sall, se termine en beauté pour les acteurs culturels, avec la célébration de la création artistique à travers la cérémonie de remise des Grands Prix du Président de la République pour les Arts et les Lettres. Cette année, les heureux lauréats sont le chanteur Baaba Maal et le cinéaste Ousmane William Mbaye pour la catégorie Arts, avec le Prix d’encouragement qui est revenu à la chanteuse Maréma Fall.
 
En ce qui concerne les Lettres, l’écrivaine Rahmatou Samb Seck a remporté la palme pour son livre «Fergo, Tu traceras ta route», suivie d’Andrée-Marie Diagne Bonamé qui a hérité du Prix d’encouragement pour son ouvrage «La Fileuse d’amour». Les Prix leur ont été remis hier, mardi 19 décembre, au Grand Théâtre.
 
Parlant au nom des artistes, Alioune Dramé a rappelé le «déficit de créativité» au Sénégal. Ce qui lui a permis de magnifier cette récompense aux plus distingués, par la qualité de leurs œuvres, afin de stimuler la créativité artistique et littéraire.
 
Venu présider la cérémonie, le président de la République, Macky Sall, a déclaré: «après une longue absence, j’ai tenu à rétablir cette distinction qui, des années d’avant, a permis de révéler ou de confirmer de très grands talents de la culture et des arts», si l’on sait que la dernière cérémonie de remise des Grands Prix du Président de la République pour les Arts et les Lettres remonte à 2012, avec son prédécesseurs le président Abdoulaye Wade.
 
A en croire Macky Sall, la culture est un facteur de développement. Ce qui, selon lui, justifie les différents fonds mis en place pour booster la créativité. C’est pourquoi, il a décidé de doubler les enveloppes des Grands Prix. «Je demande au ministre Abdou Latif Coulibaly de doubler également la mise pour les Grands Prix du Président de la République pour les Arts et les Lettres, avec une application pour la présente édition. Je vous accompagnerai pour cela. Donc, le Grand Prix passera à 20 millions et le Prix d’encouragement à 4 millions», a fait savoir Macky Sall.
 
Il faut souligner que la cérémonie a été riche en ambiance et en couleurs. La musique des Forces armées, la prestation du groupe théâtrale Espoir de la Banlieue et celles des slameurs ont fait vibrer la salle. Baaba Maal a, lui aussi, gratifié le public avec sa belle voix après avoir reçu son sa distinction. Une exposition des œuvres des anciens lauréats des Grands Prix  au hall du Grand Théâtre était aussi de la partie.
 
BAABA MAAL, LAUREAT DU GRAND PRIX POUR LES ARTS : «Je suis extrêmement content de voir que Maréma Fall ait reçu ce prix d’encouragement»
 «Je dis merci au ministère de la Culture. Je l’ai dit il y a deux jours au niveau du Fouta, venir encourager les prestations artistiques et culturelles qui nous ont permis de dire haut et fort que le Sénégal regorge de potentialités sur le plan culturel, ça, c’est notre carte d’identité. Mais, je suis d’autant plus content de partager aujourd’hui ce plaisir avec deux noms de la musique, de la culture et de l’art au niveau du Sénégal. Je sais qu’il y a beaucoup de nos amis communs qui seront très contents aujourd’hui de savoir que nous étions assis côte à côte et d’avoir reçu ce prix-là (Mansour, mais). Je suis extrêmement content de voir que Maréma Fall ait reçu ce prix d’encouragement. C’est une référence. Depuis deux ans, quand on me pose des questions, dans mes interviews, on me demandait quel regard je porte sur la musique sénégalaise. Je dis que je suis très confiant parce qu’il y a des femmes, des talents comme Maréma Fall qui est venu nous retrouver à Podor durant les Blues du Fleuve et qui a séduit toute la population du Fouta».
 
RAHMATOU SAMB SECK, LAUREATE DU GRAND PRIX POUR LES LETTRES : «Je ne vais jamais considérer le Prix comme le couronnement d’une quelconque carrière, mais plutôt…»
 «Aujourd’hui, le Prix du Président de la République me couvre d’honneur et je crains de ne pouvoir pas trouver des mots assez forts pour exprimer mon émotion et surtout la gratitude du peuple des écrivains et des artistes. Mais, ce trophée de prestige est devenu pour le peuple, si souvent en désarroi, des écrivains et des artistes, une raison d’espérer et de rêver. Rêve de reconnaissance plus que de récompense car, si la création artistique et littéraire a sa part d’exaltation, elle est aussi faite de labeur, de douleur, d’angoisse et d’anxiété. Peut-être, seul le rêve et l’espoir nous permet d’aller jusqu’au bout de notre aventure littéraire. Je recevrai ce prix avec humilité, je ne vais jamais le considérer comme le couronnement d’une quelconque carrière, mais plutôt comme le tournant vers une écriture plus exigeante avec elle-même et peut-être plus engagée».
 
ADOPTION DU STATUT DE L’ARTISTE : Macky Sall prend date
La vieille doléance des artistes, à savoir «le statut de l’artiste» a été au menu hier, mardi 19 décembre, à l’occasion de la cérémonie de remise des Grands Prix du Président de la République pour les Arts et les Lettres au Grand Théâtre. Selon Macky Sall, il est temps de régler la question du statut de l’artiste et des professionnels de la culture. «Je demande au gouvernement, au ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, courant 2018, de rendre disponible les premiers textes normatifs sur le statut de l’artiste et qui devront traiter, entre autres questions, du statut professionnel de l’artiste, de la carte professionnelle d’artiste, de la sécurité sociale, des relations de travail entre les artistes et leurs employeurs occasionnels ou permanents, de la licence de producteurs de spectacle», a déclaré Macky Sall.
 
 
Par Mariame DJIGO et SIDY badji (PHOTOS)
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
3eme édition du festival films femmes Afrique
SENSIBILISER SUR LE MAINTIEN DES FILLES A L’ECOLE PAR LE CINEMA
Célébration des 30 ans du Hip Hop Galsen
MATADOR DEMANDE DAVANTAGE LE SOUTIEN DE L’ETAT
Concours «Senegal best voice»
LE CASTING PREVU AUJOURD’HUI
Coopération culturelle entre le Sénégal et la France
ECHANGES MULTIFORMES, ACTIONS D’ENVERGURE
5ieme édition du festival international soninké (fiso)
DAKAR ACCUEILLE LA COMMUNAUTE SONINKE
Les Gens…Itinérance – Salif Keita
UNE MARQUE, UNE VOIX ET UN DESTIN HORS DU COMMUN
Ouverture des licences et masters professionnels à l’Ucad
LA FACULTE DE LETTRES ET SCIENCES TEND VERS LA DIVERSITE DE FORMATION
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22