Mise à jour: 03/01/2018 à 11H24 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Diourbel - Sit-in des travailleurs de l’hôpital Heinrich Lukbe
LE PAIEMENT DES SALAIRES ET DES HEURES SUPPLEMENTAIRES, SOURCE DE LA COLERE
Adama NDIAYE | 03/01/2018 | 11H03 GMT
 
Les travailleurs de l’hôpital Heinrich Lukbe de Diourbel, affilies au Syntras, au Sutsas et à la Cnts, ont observé un sit-in, hier mardi, pour exiger le paiement de leurs salaires du mois de décembre mais aussi et surtout les heures supplémentaires. Ces agents de sante ont dénoncé l’agression que l’un de leurs camarades syndicalistes aurait subi dans le bureau du directeur lors des négociations. Le directeur de l’hôpital Heinrich Lukbe balaie d’un revers de main ses accusations. Selon Dr El Hadji Amadou Dieng, les salaires ont été virés depuis vendredi dernier 
 
L’intersyndicale des travailleurs de l’hôpital régional de Diourbel, composé du Syntras, du Sutsas et de la Cnts, a observe, hier mardi, un sit-in. Ces travailleurs exigent de la Direction de cet hôpital le paiement de leurs salaires du mois de décembre mais aussi des heures supplémentaires. Amadou Wade Gueye, le chargé de la communication de l’intersyndicale explique que «l’essentiel de ce problème est le paiement des heures supplémentaires. En ce qui concerne les salaires, on peut dire qu’il s’agit d’un virement fictif parce qu’on reçoit des avis de crédits des banques. Une fois à la banque, rien n’est pré positionné car l’avis de crédit n’est pas sur le compte. Les autres n’ont pas encore reçu de salaire. En résumé, dira t-il, les salaires ne sont pas encore payés.» 
 
Ces agents de la sante ont, par ailleurs, dénoncé l’agression dont l’un des syndicalistes a été victime au cours des négociations entre l’intersyndicale et la Direction tenues dans le bureau du directeur. «Il y a des membres de l’administration de l’hôpital qui voulaient se battre avec un de nos camarades du nom de Massaly Gnabaly, devant le directeur. Ce dernier qui passe tous son temps à sanctionner les agents devrait lui servir une demande d’explication.» Ces syndicalistes ont décidé de passer à la vitesse au cas où leurs revendications ne trouvent pas de solution 
 
Le directeur de l’hôpital Heinrich Lukbe de Diourbel réfute ses accusations. Selon El Hadji Amadou Dieng, les salaires du mois de décembre sont virés. «Certains membres du personnel ont commencé à recevoir les Sms par rapport à leur virement car nous avons virés depuis vendredi derniers. Ce sont des périodes de mouvements bancaires qui font que certains reçoivent et que d’autres ne perçoivent pas. A l’heure où l’on parle, l’ensemble des salaires des travailleurs de l’hôpital sont virés.» En ce qui concerne les heures supplémentaires, il souligne qu’il y a deux tranches. «La première tranche a été payée depuis le mois de juillet et la tranche qu’ils nous réclament est payée aux mois de janvier-février. Nous prendrons les mesures nécessaires pour que, le moment venu, qu’on puisse» honorer cet engagement, a-t-il conclut.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Déficit budgétaire, absence d’infrastructures, parfum de détournement des droits d’inscriptions...
LES UNIVERSITES PUBLIQUES AU BORD DU GOUFFRE
Retro 2017 - l’absence de radiothérapie
LA GROSSE PLAIE DE LA SANTE
Sédhiou - Appui a la politique publique au développement
LE MOUVEMENT ACTION SOLIDAIRE PORTE SUR LES FONTS BAPTISMAUX
Réhabilitation de l’hôpital Matlaboul Fawzeyni de Touba
LE FONSIS ACCOMPAGNE LE MINISTERE DE LA SANTE
Rétro santé
LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE POURSUIT SON CHEMIN
Grand prix du chef de l’Etat pour l’enseignant
ASSANE NDIAYE L’HEUREUX ELU
Programme santé 2016-2021
L’USAID ACCORDE UN FINANCEMENT DE 957 MILLIONS A 6 REGIONS MEDICALES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22