A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
CHRONIQUE SANTE : Par Pr AMADOU GALLO DIOP
LE RAMADAN : BENEFICES, IMPACTS ET PRECAUTIONS
20/06/2015 | 11H13 GMT
 
Cette année encore, nous rappelons ces conseils relatifs au Ramadan qui démarre. En plus des   aspects spirituels, sa pratique, avec discipline et clairvoyance, est plutôt bénéfique pour l’organisme humain. Le jeûne contribue, entre autres effets physiologiques, à mettre au repos l'appareil digestif et ses annexes. Il faut veiller à avoir une alimentation équilibrée et variée apportant les éléments nutritifs essentiels. 
 
En  ces mois de Juin-Juillet 2015, la période d’abstinence alimentaire et hydrique sera caractérisée par une atmosphère chaude et humide et de longues journées  estivales. Les organismes seront soumis à rude épreuve. Sudations profuses et évaporations favoriseront la déshydratation. Donc pas d’activités inutiles ou à risque. Lors des deux repas autorisés (à l’aube et au crépuscule), il faut veiller à absorber d’importantes quantités de liquides. Privilégier l’eau et à température ambiante. Il ne faut pas trop sucrer les boissons chaudes ou fraîches massivement consommées par beaucoup de jeuneurs. L’excès de sucres favorise indirectement  la déshydratation car, du fait des systèmes  de régulation, le rein, cherchant à en éliminer les surplus, va alors produire plus d’urines, donc plus de déperdition hydrique. Il ne faut surtout pas sauter le repas de l’aube (kheud) par ‘vaillance’ ou par paresse de se lever. 
 
Il faut veiller à y consommer des nutriments variés, notamment des protéines à type de céréales. Celles-ci, transformées en ‘sucres lents’ par l’organisme, seront, tout au long de la longue journée, d’utiles ressources énergétiques, rendues progressivement disponibles pour nous permettre de fonctionner normalement. Les sucres "rapides" eux, procurent un apport immédiat très efficace pour les besoins du court terme.
 
Il faut savoir que, pour un fonctionnel optimal, l’organisme a besoin d’eau et d'énergie. Surtout le matin. C’est comme mettre du carburant, de l’huile et de l’eau dans un véhicule pour qu’il puisse vous transporter. Le  corps, le cerveau et les muscles eux, se procurent ces ‘carburants’ via les aliments que nous consommons :  protéines (végétales et animales), matières grasses, sucres, sels minéraux, vitamines. Nous les ingérons et les digérons pour avoir la quantité nécessaire de calories indiquées (normalement 2500 à 3000 par jour).
 
L'équilibre "apports-dépenses" est assuré par de performants  systèmes de régulation gérés par le foie, les reins, les muscles, les graisses. Ce système anticipatif permet même de transformer ou stocker certains  nutriments et leurs surplus et de les remobiliser en cas d'éventuels besoins supplémentaires (efforts physiques ou jeûne). Les reins eux, régulent l’équilibre et la bio-disponibilité de l'eau, du sel et des minéraux. Ce qui permet  d'éviter, chez un sujet normal, la déshydratation. 
 
La pratique d’activités physiques intenses et/ou prolongées,  notamment sportives, en pleine journée pour un jeûneur n'est pas recommandée. Il vaut mieux attendre d'avoir bien ‘couper le jeûne’ (déjeuner) pour le faire. En plus de la déshydratation, l'autre risque encouru est l'hypoglycémie qui peut provoquer souffrances musculaires et cérébrales, voire une perte de conscience aux conséquences gravissimes et dont les signes avantcoureurs sont des maux de tête, des sueurs profuses, des tremblements, une faim impérieuse. Vers la fin du Ramadan, des sensations de vertiges, une grande fatigue ou des impressions de fourmillements aux pieds et aux mains, peuvent annoncer des signes de carences nutritionnelles et vitaminiques. Il est recommandé, à titre préventif, quand on n'a pas un gros appétit ou quand s’installent ces signes, d'enrichir son alimentation en fruits et légumes, voire de la supplémenter par des comprimés ou sirops multivitaminés.
 
Etant donné qu’en Islam, il n’y a point de contrainte, les prescriptions religieuses prévoient pour les personnes ne pouvant, médicalement, jeuner, des alternatives  comme nourrir quotidiennement des personnes nécessiteuses ou autres. Les états pathologiques ou de fragilité lèvent l'obligation du Ramadan pour celles et ceux dont l’état physico-sanitaire ne s’y prête pas. En outre, quand on doit suivre certains traitements nécessitant des prises répétées de médicaments, il vaudra mieux respecter les prescriptions de son médecin. Il faut tenir  compte du fait que certains médicaments abaissent rapidement la teneur du sucre dans le sang (ex. antidiabétiques, aspirine, quinine, certains médicaments du coeur). L'état de vacuité de l'estomac favorise l'apparition de douleurs abdominales à cause de l’acide que  produit naturellement la muqueuse gastrique. Chez les sujets souffrant d'ulcère gastroduodénal, il est donc recommandé de prendre l’avis du gastro-entérologue  ou de son médecin avant d’entamer le Ramadan.
 
Que Dieu agrée notre Ramadan.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
EUX ET NOUS : par Momar Gassama
UNE JOURNEE NATIONALE SUR LE CROISSANT LUNAIRE AU SENEGAL
INTOXICATION, DENIGREMENT ET DESINFORMATION !
CHRONIQUE D’UNE FORET EN PERIL
L’ARBRE, DU COMPAGNON A L’ENNEMI DE L’HOMME
EN LIGNE DE MIR- par Mame Aly KONTE
DEMAIN, JE SERAIS HORTICULTEUR
Commentaire : Par Abdoulaye THIAM
MATCH DE VACANCIERS
CRISE AU YÉMEN : QUI SONT LES HOUTHIS ?
Par Dr Hadja Maï NIANG
CES PROGRAMMES QUI POLLUENT LES RADIOS ET TÉLÉVISIONS SÉNÉGALAISES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22