Mise à jour: 30/11/2017 à 12H00 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Journée internationale du sida
LE SENEGAL LANCE LE COMPTE A REBOURS VERS L’ELIMINATION
Denise ZAROUR MEDANG | 30/11/2017 | 11H17 GMT
 
Vaincre le sida pour qu’il ne soit plus un problème de santé publique. C’est l’objectif que s’est assigné le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) qui a ouvert le compte à rebours hier, mercredi 29 novembre, lors de la commémoration de la journée internationale de la maladie.  Pour cette présente édition, «la santé un droit pour tous » a été retenu comme thème.
 
Communément célébrée le 1er décembre de chaque année, la journée internationale du sida a été commémorée cette année le 29 novembre par la communauté sénégalaise à cause du Gamou. A la Place du Souvenir où s’est déroulée les activités, le Conseil national de lutte contre le Sida a lancé le compte à rebours  qui doit prendre fin en 2030 pour «un peuple sans Sida».
 
De l’avis de docteur Safiètou Thiam directrice exécutive du Cnls : « c’est un acte symbolique, le lancement du compte à rebours qui va permettre de mesurer chaque année les actions menées allant dans l’atteinte de l’éradication du Sida vers 2030. Ceux qui viendront après nous, auront un outil pour mesurer les actions et voir où nous en sommes avec la riposte ». 
 
Pour cette édition, «la santé un droit pour tous» a été retenu comme thème.  Pour le président des personnes vivant avec le Vih, Ciré Lo, le respect des droits humains des personnes vivant avec la maladie reste indispensable dans la lutte contre la maladie. De ce fait, il s’est félicité du thème qui prend en compte l’un de leurs fardeaux à savoir la discrimination.  Avant de demander à ce que toutes les victimes du Sida soient prises en charge à travers le programme de la couverture maladie universelle ainsi que leurs familles. Et la directrice de l’alliance nationale des communauté pour la santé (Ancs) Magatte Mbodj de renchérir : «le thème est une aubaine pour les acteurs de la société civile, les Pvvih et les populations marginalisées qui sont en quête perpétuelle d’une meilleure prise en compte de leurs besoins spécifiques de soins et de services de santé».
 
Dans cette lutte contre le Sida, l’aboutissement reste l’élimination pour 2030, mais pour y arriver, le Sénégal doit d’abord être au rendez-vous de 2020 avec l’atteinte des 3(90) à savoir, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable, 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée. Dans cette logique, docteur Safiétou Thiam  a parlé de ciblage pour toucher plus de personnes.
 
«On peut œuvrer au rendez-vous. C’est possible, mais il nous faut aussi insister sur les comportements en mettant toutes les personnes dépistées sur Arv. » Pour Mme Mbodj du Ancs, la sous-région Afrique de l’Ouest et du centre est sous le feux de la rampe depuis quelques temps à cause du retard marqué en matière de dépistage et mise sous Arv des patients adultes et enfants, d’élimination  de la transmission mère à l’enfant, d’accès difficile aux soins pour les personnes vulnérables et populations clés. 
 
«Dans cette dynamique, le plan de rattrapage a été adopté en vue de soutenir les stratégies nationales en accélérant la résolution des facteurs de blocages et atteindre les 3(90) en augmentant le dépistage, la mise et le maintien sous traitement des Pvvih. Cette initiative aura principalement pour résultats de sauver des vies et de réduire des nouvelles  infections de façon importante», a soutenu Magatte Mbodj. Le directeur Pays de l’Onusida, Demba Koné pour sa part a déclaré : «l’Onusida s’engage à continuer d’accompagner le Sénégal».
Et Cheikh Tidiane Ndour de la division Sida au ministère d’appeler les acteurs à renforcer le plaidoyer ainsi que la mobilisation sociale pour l’atteinte des objectifs.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Baisse de la prévalence a tous les niveaux
LE SENEGAL VERS LA FIN DU SIDA EN 2030
Problèmes d’hébergement, retard du paiement des bourses, la retraite…
LES DEPUTES INTERPELLENT MARY TEUW NIANE
SEDHIOU : Mobilisation communautaire contre le Vih/Sida
DES DISPARITES DE LA PREVALENCE A HAUTEUR DE 3% EN ZONE DE FRONTIERE
Lycée Blaise DIAGNE - Promotion de l’excellence et préparation au concours général
DES BOURSES PEDAGOGIQUES DE 100 MILLE A 50 TERMINALISTES
Developpement socio-economique
LES AMBITIONS DE L’UGB REAFFIRMEES
Objectif de 80% de réussite à l’Ucad
LE SAES PARLE D’UN TAUX FANTAISISTE
Criminalisation de la vente illicite de médicaments de contrebande ou contrefaits
LES PHARMACIENS DU FOUTA DEMANDENT LA RATIFICATION DE LA CONVENTION «MEDICRIME»
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22