Mise à jour: 29/11/2017 à 11H51 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Kaolack/ projet énergies de l’Omvg
LES ANIMATEURS EN FORMATION DE MISE A NIVEAU
Abdoulaye FALL | 29/11/2017 | 11H04 GMT
 
Le projet énergie, composante du programme de l’Organisation de la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg), en partenariat  avec Enda Ecopop, a poursuivi hier, un séminaire de mise à niveau des animateurs précédemment recrutés dans le cadre du programme lié à la mise en œuvre du volet sensibilisation / communication avant les enquêtes prévues pour les semaines à venir.
 
Cette rencontre  qui mobilisait une trentaine de participants vient en prélude d’un futur programme de recensement des 1500 à 2000 personnes qui seront impactées par le projet sur le territoire sénégalais et des milliers d’autres personnes en résidence dans les trois autres pays membres de l’Omvg. Aussi les objectifs de cet atelier sont consécutifs au besoin de sensibiliser les populations par rapport à la venue prochaine des missions d’enquêtes sur leurs territoires. Un déplacement collectif qui vise à sensibiliser ces populations de Etats membres, sur le projet et les impacts qu’elles vont éventuellement subir dans le cadre de sa réalisation.
 
En somme, il s’agit de mesurer les impacts sur le plan socio-économique et évaluer les pertes qui en découleront suite à sa mise en œuvre et son exécution. C’est en effet un projet qui génère un circuit linéaire de 1677 Kms de câble et quinze (15) postes au sein des quatre pays qui le convoitent (Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry). Ce linéaire est répartie comme suit : Sénégal 702 Kms, Guinée Conakry 575 Kms, Bissau 218 Kms et Gambie 180 Kms. Tout un câblage pour transporter les énergies produites notamment dans les barrages de Sambanguélou au Sénégal et Kaléta dans la république sœur de Guinée. Ainsi les pertes définitives ou temporaires enregistrées seront traitées en fonction du plan d’actions et de réinstallation (PAR).
 
Ce plan d’actions et de réinstallation fera l’objet d’une validation en relation avec les populations. Et une fois le plan validé, les populations seront indemnisées. Et après toutes ces démarches, les populations indemnisées libéreront l’emprise autrement dit, renoncer à tous les droits qu’elles possédaient sur la parcelle cédée.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Droit international humanitaire
L’ECOLE DU BARREAU REMPORTE LA 7E EDITION DU CONCOURS NATIONAL DU CICR
Selon la ministre de l’élevage Aminata Mbengue Ndiaye
«LE PNDE A ETE REACTUALISE POUR ETRE EN PHASE AVEC LE PSE»
Sidiki Kaba, ministre des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur
«LE SENEGAL N’ABANDONNE JAMAIS SES FILS»
Plaidoyer pour l’atterrissage des vols intérieurs
ZIGUINCHOR SALUE DE BLAISE DIAGNE, MAIS VOTE SENGHOR
Mgr Benjamin Ndiaye archevêque de Dakar
«IL FAUT UN DIALOGUE CIVILISE, UN DIALOGUE FRANC»
Echange d’expériences entre l’assemblée nationale du Congo et du Sénégal
LE PETROLE ET L’IMMIGRATION AU MENU DES DISCUSSIONS
Arrestation de Cheikh Tidiane Gadio aux Usa
LE TCHAD DENONCE UN ACHARNEMENT CONTRE LE PRESIDENT IDRISS DEBY
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22