Mise à jour: 17/02/2018 à 06H34 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Plans d’actions des syndicats d’enseignants
LES GREVES « REPORTENT » LES COMPOSITIONS
Ousmane SANE et Tida MANE | 08/02/2018 | 10H57 GMT
 
Alors que l’on doutait de l’impact des grèves décrétées par les syndicats d’enseignants sur le déroulement normal des enseignements-apprentissages, les élèves et autres responsables d’établissements n’ont pour le moment, aucune visibilité pour la tenue des évaluations du premier semestre. Les plans d’actions des enseignants pour exiger la matérialisation des accords signés avec le gouvernement, ont fini de reporter les compositions. Les élèves dans le désarroi, sortent dans la rue. Les inspections d’académie cherchent des alternatives. La peur d’une année blanche s’installe.
 
DAKAR - LYCEES BLAISE DIAGNE ET MAURICE DELAFOSSE : Les compositions reportées
 
Les mouvements d’humeurs des syndicats d’enseignants largement suivis reportent pour le moment, les compositions prévues au niveau des lycées de Blaise Diagne et de Maurice Delafosse. Une réunion entre les responsables des établissements, est prévue au niveau de l’inspection d’académie pour l’évaluation de la situation et voir le comportement à adapter pour la suite.
 
«Nous avons organisé des compositions au niveau communal, du 1er au 6 février, pour les classes de terminales et pour les autres classes du 8 au 11 du même mois. Cette grève nous a malheureusement obligé de reporter les compositions, sauf que nous avons la chance d’anticiper la composition de philosophie le lundi passé sans incident majeur». Cette déclaration du Censeur du lycée mixte Maurice Delafosse, Tabouré Agne, en dit long sur l’impact des mouvements d’humeur des syndicats d’enseignants sur le déroulement normal des évaluations prévues en cette période du mois de février pratiquement sur toute l’étendue du territoire.
 
En plus du boycott des compositions, Fanta Coulibaly, professeur de Philosophie au lycée Maurice Delafosse estime que «la persistance des grèves peut impacter sur le déroulement des cours». «Nous risquons de ne pas terminer le programme. Ce qui impactera réellement sur le niveau des élèves», dit-elle.
 
Au lycée Blaise Diagne, c’est le même constat. L’administration ne parvient toujours pas à organiser des compositions. «C’est la troisième fois que nous ne parvenons pas à tenir des évaluations à cause des perturbations» dixit, Alioune Dione, professeur d’Histoire et Géographie au lycée Blaise Diagne. Avant d’indiquer que : «la décision des syndicats de boycotter les compositions a été largement suivie par les enseignants du lycée».
 
Le professeur Dione, membre du syndicat autonome des enseignants moyen secondaire, indique que «le gouvernement doit respecter les accords signés depuis 2014. La seule solution pour sauver l’éducation est la matérialisation des engagements. L’Etat n’a pas fait de l’école sénégalaise une priorité».
 
Face à ces difficultés d’organiser les évaluations, les responsables d’établissements comptent se réunir à l’inspection d’Académie (IA) pour l’évaluation de la situation et voir le comportement à adapter pour la suite.  C’est ce qu’a fait savoir le Censeur du lycée mixte Maurice Delafosse, Tabouré Agne.
 
«Les grèves réduisent le quantum horaire et impactent négativement sur le niveau des élèves», précise M. Agne, non sans déplorer : «l’impact psychologique des grèves sur les élèves qui étaient déjà préparés à ces évaluations. Un risque de relâchement est palpable».
Assane Diop, Professeur de mathématiques au lycée Galandou, pense que «les grèves sont le seul moyen de pousser l’Etat à matérialiser ses engagements, notamment sur l’alignement de l’indemnité de logement». 
 
Lycée Galandou Diouf : les élèves dans l’expectative
 
Elève en classe de terminale au lycée John F. Kennedy, Mame Diarra Thiam, déplore les grèves récurrentes des syndicats d’enseignants, à quelques encablures, dit-elle, des examens nationaux, notamment l’anticipée de Philosophie. «On ne supporte plus ces grèves des professeurs. Nous avons besoin d’étudier et de terminer les programmes, car nous sommes en classe d’examen. Ce sera bientôt l’anticipée de philosophie, sans oublier le baccalauréat», explique Mame Diarra.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Formation diplômante des IA, MC et PC, recrutement des inspecteurs, décret du corps des administrateurs scolaires
A L’HEURE DES REVENDICATIONS PEDAGOGIQUES
Suivi du programme national de développement sanitaire
DIOUF SARR POUR LA MUTUALISATION DES RESSOURCES
Difficiles conditions d’accès des populations aux structures sanitaires
AMADOU KANOUTE PLAIDE POUR DE BONNES POLITIQUES PUBLIQUES
Pour améliorer la prise en charge de la sante et survie de l’enfant
L’INSTITUT SOCIAL DE PEDIATRIE LANCE UN MASTER
Enseignement technique et formation professionnelle
DIONNE ANNONCE PLUS 81 MILLIARDS D’ICI 2020
Kaolack -promotion de la relève syndicale
PRES DE CINQUANTE PARTICIPANTES S’INVESTISSENT
Mise en œuvre de la loi d’orientation sociale
L’ETAT ANNONCE UNE PANOPLIE DE MESURES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22