Mise à jour: 07/12/2017 à 11H54 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Insuffisances d’aménagements, de magasins de stockage et de matériels agricoles
LES OBSTACLES A L’ATTEINTE DE L’AUTOSUFFISANCE EN RIZ EN 2017
Ndeye Aminata CISSE | 07/12/2017 | 10H30 GMT
 
L’atteinte de l’autosuffisance en riz fixée en 2017 par l’Etat du Sénégal n’est pas possible pour le moment. En effet, cet objectif est plombé par un certain nombre de contraintes. Il s’agit entre autres de l’insuffisance d’aménagements et de matériels  agricoles  et de magasins de stockage. C’est le directeur du développement et de l’appui aux collectivités locales de la SAED, Amadou Thiam qui l’a fait remarquer hier, mercredi 6 décembre lors de la réunion du comité de coordination du projet d’amélioration de la production du riz dans la vallée du fleuve Sénégal.
 
L’échéance pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz en 2017 a été ratée. Aujourd’hui, l’objectif du gouvernement est d’atteindre cette autosuffisance en 2019. En effet, des contraintes à l’atteinte de ces objectifs ont  été relevées. Amadou Thiam, directeur du développement et de l’appui aux collectivités locales de la Saed est revenu sur ces contraintes hier, mercredi 6 décembre lors de la réunion du comité de coordination du projet d’amélioration de la production du riz dans la vallée du fleuve Sénégal.
 
« Des objectifs nous sont assignés  et aujourd’hui nous avons  un potentiel aménageable  très important qui reste. Sur les 70 mille hectares qui sont aménagés en riz dont prés de 63 mille sont exploitables, le potentiel rien que pour la riziculture, au niveau de la vallée, c’est 120 mille hectares. Ce qui veut dire que nous avons moins de la moitié des superficies encore aménagées qui tournent autour de 50 mille hectares. Donc, l’insuffisance en aménagement pour permettre d’atteindre l’autosuffisance est encore là. Ce qui est un défi à relever», a-t-il constaté.
 
L’autre obstacle selon lui, c’est  le renforcement de la capacité des stockages. «Aujourd’hui, nous sommes en train de faire la double culture. Les capacités de stockages actuelles doivent être renforcées parce qu’il y a eu des efforts qui ont été faits durant le Pracas. On a eu à augmenter la capacité de transformation de plus de 45 mille tonnes en l’espace de 3 ans. Alors que si on fait la comparaison depuis les autres années, l’augmentation annuelle de la capacité de transformation tournait autour de 1000 à 1200 tonnes. Mais aujourd’hui, avec le niveau de production que nous avons, on a besoin d’augmenter davantage les capacités de transformations d’où la nécessité de construire des magasins», a-t-il relevé.
 
Avec l’effectivité du double culture, Amadou Thiam a souligné la nécessité de renforcer le matériel agricole notamment l’augmentation considérable des moissonneuses batteuses. Au niveau de la vallée, ajoute-t-il,  il y a des contraintes liées à l’annualisation  du crédit pour permettre au producteur d’être à l’aise dés le démarrage des campagnes  et de se projeter sur la double culture.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Macky SALL à l’inauguration de l’hôtel d’affaires de Diamniadio
«DIAMNIADIO, VA ETRE L’EPICENTRE DE L’ACTIVITE ECONOMIQUE DU SENEGAL»
Conjoncture économique, déficit budgétaire, inflation…
LA BCEAO SONNE L’ALERTE
Sedhiou - Mise en œuvre du programme d’autosuffisance en riz
LA DIRECTRICE DE LA COOPERATION ITALIENNE RASSUREE DE LA DYNAMIQUE
Polémique autour de la dette publique
DIONNE CLOT LE DEBAT
Macky Sall rassure les partenaires techniques et financiers...
«PERSONNELLEMENT, JE VEILLERAI A CE QUE LES RESSOURCES DU SENEGAL SOIENT UTILISEES DE FAÇON OPTIMALE»
Livre d’Alphonse Sagna sur les espèces de poissons
«UN OUTIL DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS»
Adhésion du Maroc à la Cedeao
LE PR KASSE SONNE L’ALERTE
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22