A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Lettre d’un Citoyen à son Ministre
14/12/2017 | 09H19 GMT
 
AU NOM DE LA CITOYENNETE
 
Objet : Quelques considérations
 
Très cher Garde des Sceaux,         
 
Je me permets de vous adresser cette note au regard de l’estime et de la considération que j’ai toujours eues envers vous et qui se sont renforcées au fil des années.
 
Je ne saurai être long, Monsieur le Ministre. Etant une des premières personnes à vous adresser mes chaleureuses félicitations suite au choix porté sur votre personne pour diriger les destinées du département  stratégique de la Justice, je suis optimiste quant à votre succès dans cette mission régalienne, de par votre rigueur intellectuelle et votre sens élevé de la responsabilité.
 
Par la force de nos aspirations communes, nous sommes tous devenus des acteurs dans le champ politique. Vous avez quitté le monde de l’analyse et de la  théorie pour entrer dans celui de l’action et du concret. Je vous en félicite et vous y encourage car quelque soit la noblesse de la mission de former les esprits, celle d’œuvrer pour la prise en charge concrète des préoccupations de ses concitoyens est encore une tâche non moins importante, même si elle reste plus dangereuse. 
 
Je me rappelle nos discussions de haute facture intellectuelle en Guinée Conakry, autour de la table de dîner, sur l’urgence pour nos Etats de travailler sérieusement pour la consolidation de la démocratie, alors que j’étais en mission d’enquête sur la situation de l’Etat de droit dans ce pays frère, et que vous y étiez pour accompagner les autorités guinéennes à trouver le meilleur chemin pour la consolidation de leur justice.
 
Aujourd’hui, vous êtes le Ministre de la Justice de votre pays, et j’ose espérer que vous ne passerez jamais, comme l’a dit un de mes amis, du brillant intellectuel « consolidant », au militant « déconsolidant » de notre démocratie.
 
Vous avez été le Président du Comité National pour la Transparence dans les Industries Extractives (CN-ITIE), avec la mission de rendre le secteur beaucoup plus transparent, conformément à la Norme internationale à laquelle le Sénégal a souscrit.
 
Aujourd’hui, à la tête de la Justice de notre pays, vous avez une occasion en or, de faire des industries extractives un secteur, plus que jamais, transpercé par la lumière du jour, pour espérer le renforcement de sa bonne gouvernance et éviter au Sénégal ce que nous redoutons le plus : « la malédiction des ressources extractives ». Votre rôle y est déterminant.
 
Monsieur le Ministre, il n’est nullement concevable de jouer avec la vie et la dignité des citoyens.  Or, avec votre département, vous avez sur vos frêles épaules, périssables en plus, la lourde responsabilité d’œuvrer non seulement pour l’indépendance effective et tant souhaitée de la justice mais aussi pour qu’enfin au Sénégal, nous puissions bénéficier d’une bonne et impartiale administration de la justice, au service exclusif de l’Etat de droit.
 
J’ose espérer que vous serez le Ministre qui refusera  d’être « complice » et qui osera dire « NON » au Président de la République, à chaque fois que ce dernier serait tenté d’instrumentaliser la justice aux fins, soit de protéger des partisans, soit de porter atteinte à la dignité et à l’honorabilité d’honnêtes citoyens dont le seul tort serait d’être des  adversaires politiques.
 
Je n’aurai jamais la prétention de vous prodiguer des conseils. C’est juste un avis. Et comme tout avis, celui-ci ne vous lie pas. Par conséquent, vous en ferez ce qu’il vous plaira de faire.
Bien Cordialement,
Serigne Mbaye MBODJ
 
à
MONSIEUR ISMAILA MADIOR FALL
Ministre de la Justice, Garde des Sceaux
République du Sénégal
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Gonflement inquiétant de la masse salariale et ébullition du front social : le président-politicien veut se dérober
Le digne successeur du vieux président-politicien entretient la flamme qui met en ébullition le front social
La mort de Hamidou Dia !
Conséquences de choix politiciens irréfléchis : le front social toujours en ébullition !
lu pour vous Mauritanie/Sénégal : Il faut savoir raison garder
UNE CALEBASSE DE NOIX DE COLA POUR LE PRESIDENT MACRON
LE FRONT SOCIAL EN EBULLITION : La solution n’est sûrement pas pour demain
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22