Mise à jour: 17/02/2018 à 06H34 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Macky SALL sur le meurtre du pécheur sénégalais en Mauritanie
«ON NE PEUT PAS LAISSER TIRER COMME ÇA SUR DES CITOYENS»
Ibrahima DIALLO | 30/01/2018 | 09H07 GMT
 
La mort de Fallou Diakhaté, du nom du jeune pêcheur de Guet Ndar, froidement abattu par les garde-côtes de la Mauritanie, ce week-end, a fait sortir Macky Sall de sa réserve. Cette fois, le Chef de l’Etat du Sénégal ne s’est pas simplement contenté de dépêcher son ministre de la Pêche, Oumar Guèye, à Nouakchott pour s’entretenir avec son homologue, Abdel Aziz. D’Addis-Abeba (Ethiopie) où il se trouve présentement, le président de la République a haussé le ton en indiquant «qu’on ne peut pas laisser tirer comme ça sur des citoyens». Même si, reconnaît le Président Sall, il faut «respecter la souveraineté de chaque pays". Il a tenu à rappeler que «l'usage de la violence contre des pêcheurs ne se justifie pas».
 
A Saint-Louis, la mort du jeune Fallou Diakhaté (19 ans) a suscité la colère des populations de Guet Ndar qui ont barré le pont Moustapha Malick Gaye avant de s’attaquer à des boutiques appartenant à des maures de la Mauritanie.
 
Le ton est ferme ! Le président de la République du Sénégal n’a pas du tout apprécié la solution utilisée par des garde-côtes de la Mauritanie, qui, pour dissuader des pêcheurs sénégalais, n’ont rien trouver d’autres que de tirer à balles réelles sur eux ; jusqu’à ôter la vie au jeune Fallou Diakhaté, âgé seulement de 19 ans.
 
«On ne peut pas laisser tirer comme ça sur des citoyens…», dixit le président Macky Sall. Le chef de l'État Macky Sall actuellement à Addis-Abeba (Ethiopie) pour le sommet de l'Union africaine, est choqué du meurtre de ce pêcheur sénégalais tué par les gardes côtes mauritaniennes, samedi dernier. Selon le Président Sall, même s'il faut «respecter la souveraineté de chaque pays", il a tenu à rappeler que «l'usage de la violence contre des pêcheurs ne se justifie pas».
 
D’ailleurs, la situation a été évoquée par les deux chefs d'État (Aziz et Sall) présents au sommet de l'Union africaine. «Comme nous sommes des voisins, nous devons pouvoir gérer à travers les deux gouvernements ces questions», a-t-il soutenu. Y compris en plus de la question de la pêche, celle de la transhumance du bétail, la circulation des personnes et des biens entre deux pays voisins, de surcroît, parents, a relevé le chef de l'État qui soutient en ces moments la famille du défunt. «Nous exprimons notre solidarité à la famille du pêcheur de Guet-Ndar, je leur dis que le gouvernement sera toujours à leurs côtés»..      
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Développement du secteur de la pêche et sante de la mère et de l’enfant
MACKY SALL LISTE LES URGENCES
Parfum de détournement de millions
LA MAIRIE DE KANEL «OUVRE» SA CAISSE
Incident mortel à la frontière Sénégalo- Bissau guinéenne
UN PELERIN BISSAU-GUINEEN TUE ET DEUX AUTRES BLESSES
33eme édition de la Ziarra annuelle de Thierno Ahmadou Saidou Balde
DANS LA FERVEUR RELIGIEUSE DE MADINATOUL HOUDA
Un mois après la tuerie de Boffa Bayotte
TOUBACOUTA TOUJOURS DANS LA PSYCHOSE
Amélioration des droits d’accès des femmes a la terre au Sénégal
LANCEMENT D’UN PROJET DE RECHERCHE-ACTION SUR LA PROMOTION D’UNE GOUVERNANCE FONCIERE
Audiences foraines à Nabadji Civol
ABDOULAYE SALLY SALL «ENROLE» 1842 PERSONNES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22