Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Littérature
PAPIS SAMBA IMMORTALISE LA MUSIQUE SENEGALAISE
Amassaïde SENE | 17/11/2017 | 11H40 GMT
 
Une recherche de 15 années a abouti à un ouvrage intitulé «musique sénégalaise-itinérances et vibrations». Tel est le titre du «chef d’œuvre» produit par Papis Samba et édité par la maison d’édition  «Vives Voix». L’ouvrage a été soumis à une critique littéraire avant-hier, mercredi 15 novembre à Goeth-institut. A travers son livre, il retrace l’histoire de la musique sénégalaise. 
 
Des lignes, des mots  qui valsent entre l’élégance, le savoir-faire de certains acteurs de la musique et l’histoire voire la source de certains styles qui se veulent aujourd’hui universels. C’est ce qu’on retrouve dans l’ouvrage de Papis Samba édité par la maison d’édition  «Vives Voix».
 
 Les notes et sonorités que nous avons tendance à retrouver dans cette musique sont les mêmes qu’on entend dans d’autres pays de l’Afrique et du monde. L’auteur du livre confirme en soutenant «qu’il y a des sonorités qu’on entend dans le jazz qui sont identiques à l’une des compositions que l’on trouve dans la musique des Peuls du Fouta».
 
M. Samba révèle toutefois ne pas être un adepte de la musique mais, il est animé par une forte passion musicale. Ce qui l’a d’ailleurs incité à s’adonner à l’écriture. En plus d’être un habitué des bibliothèques, l’écrivain a la manie de côtoyer des personnes qui s’activent dans le milieu musical. Et c’est après avoir découvert, au cours de sa recherche, que la musique sénégalaise n’avait pas de d’archives, qu’il s’est mis sur son projet de livre.
 
Né Dakar et grandi à Thiès, Pape Samba qui a fait des études en histoire dit effectuer tout le temps des déplacements dans les pays de l’Afrique. Il confie que « l’Etat nigérian a beaucoup investi pour leur  musique». Ce qui lui vaut l’influence qu’il exerce dans le show-biz musical du monde entier, «contrairement au Sénégal». Pourtant, «nous avons de bons musiciens», semble-t-il regretter en donnant des exemples tels Youssou Ndour, Thione Seck, Souleymane Faye.  Et d’ajouter : «je me dis aussi que peut être les autorités veulent bien faire mais qu’elles ne sont pas bien informées».
 
Pour répondre à une interpellation selon laquelle, il n’est ni musicien, ni écrivain comment est-ce qu’il a pu se permettre de retracer l’histoire de la musique sénégalaise ?, l’auteur soutient avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour son produit. «J’ai effectué d’énormes recherches. Je suis allé me documenter vers de grandes figures notamment chez Doudou Ndiaye Coumba Rose, Papis Konaté, Ricardo Niasse, Max Thiam, etc.».
 
L’auteur affirme avoir des retours de ces lecteurs et soutient que le livre qui a été publié en 2014 continue de faire tabac.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
3eme édition du festival films femmes Afrique
SENSIBILISER SUR LE MAINTIEN DES FILLES A L’ECOLE PAR LE CINEMA
Célébration des 30 ans du Hip Hop Galsen
MATADOR DEMANDE DAVANTAGE LE SOUTIEN DE L’ETAT
Concours «Senegal best voice»
LE CASTING PREVU AUJOURD’HUI
Coopération culturelle entre le Sénégal et la France
ECHANGES MULTIFORMES, ACTIONS D’ENVERGURE
5ieme édition du festival international soninké (fiso)
DAKAR ACCUEILLE LA COMMUNAUTE SONINKE
Les Gens…Itinérance – Salif Keita
UNE MARQUE, UNE VOIX ET UN DESTIN HORS DU COMMUN
Ouverture des licences et masters professionnels à l’Ucad
LA FACULTE DE LETTRES ET SCIENCES TEND VERS LA DIVERSITE DE FORMATION
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22