Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Visite du président français Emmanuel Macron au Sénégal - Inauguration du Cem de Hann Bel air par les présidents français et sénégalais
PARI SUR LES PERFORMANCES SCOLAIRES
Ibrahima Baldé | 03/02/2018 | 10H54 GMT
 
Le Président Macky Sall et son homologue français, Emmanuel Macron, ont procédé hier, vendredi, à l’inauguration du CEM de Hann. Ce bijou fait 15 salles de classes ordinaire, 04 salles spécialisées, 02 salles polyvalentes, 02 salles informatiques, entre autres. Il a coûté  500 millions FCfa.
 
Une étape concrète de mise en œuvre des directives présidentielles sur les Assises nationales de l’éducation et de la formation. Le collège de Hann Bel air qui vient d’être inauguré hier, vendredi, par les Présidents Sénégalais Macky Sall et Français Emmanuel Macron, est orienté vers les sciences, les mathématiques le numérique, les technologies et l’entreprenariat. Le Cem de Hann compte désormais, 02 salles informatiques, 10 laboratoires Physiques Chimie (Pc) et Sciences de la vie et de la terre (Svt).
 
En plus de 15 salles de classes ordinaire, 04 salles spécialisées, 02 salles polyvalentes, 05 salles préparatoires, 01 bibliothèque, 01 administration, 02 blocs de toilettes, 01 local entretien, 01 loge gardien. Cet établissement d’un coût de 500 millions FCfa, a été réalisé par l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (Agetip) et financé par la coopération française. C’est dans le cadre du projet d’appui au développement de l’enseignement moyen dans la région de Dakar (Adem/Dakar), d’un financement total de 12 millions d’euros, soit 7 milliards de francs CFA.  Les deux Etats ont prévu de construire et d’équiper 17 collèges dans la capitale sénégalaise.
 
Dans le cas du Cem de Hann Bel Air, le projet a permis d’avoir désormais un effectif de 50 élèves par classe, d’améliorer les intrants de qualité, notamment en infrastructures et équipements et un projet d’établissement et formations. «Il fallait relever un effectif de 88 élèves par classe et un taux de redoublement élevé de 19,88% en 2013 et un faible taux de réussite à l’examen du Bfem», lit-on dans un document remis à la presse. «C’est un moyen d’améliorer les performances des élèves. L’établissement avait une capacité d’accueil très faible. Beaucoup d’élèves de la localité étaient orientés vers les écoles environnantes. Il reste désormais à conserver et pérenniser cet investissement», nous confie Daouda Gueye, professeur d’histoire et de géographie qui a participé au processus d’élaboration du projet.
 
Pour l’inspecteur d’éducation et de formation de Grand Dakar, Abdoulaye Wade, le «collège de Hann est de dernière génération. Il s’agit maintenant de travailler pour l’amélioration des enseignements et apprentissages ». C’est un projet d’envergure, contribution de taille au Plan Sénégal émergent d’un montant de 12 000 000 euros, soit 7 milliards 871 millions 483 796 FCfa. La première composante qui est axée sur les infrastructures et équipements, a permis de réaliser la construction et l’équipement de 8 collèges et enfin la réhabilitation, l’extension et l’équipement de 9 collèges. La deuxième composante est centrée sur l’orientation vers le renforcement des leviers de réussite des élèves de l’enseignement moyen. Il s’agit, entre autres, de renforcer les capacités des acteurs du niveau déconcentré pour l’amélioration du pilotage.
1401 professeurs ont été capacités sur la pratique de la remédiation en mathématiques, Physiques Chimie, Sciences de la vie et de la terre, Français et histoire-géographie. S’y ajoute la formation en méthodologie des contrats de performance de 354 chefs d’établissement et membres de conseils de gestion d’établissement (Cge).
 
DAKAR ET PARIS SIGNENT UN ACCORD DE COOPERATION

En marge de l’inauguration du Cem, le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, et son homologue français Jean-Michel Blanquer, ont signé un accord cadre relatif aux priorités bilatérales en matière de coopération dans le secteur de l’éducation.
 

ECHOS INAUGURATION CEM HANN

La vérité sort de la bouche d’un enfant…
Un fait indésirable pour certainement les autorités sénégalaises, s’est produit à l’occasion de l’inauguration du collège Hann Bel air. Après un accueil chaleureux, les deux Présidents ont effectué une visite guidée de l’établissement. Arrivés dans une salle de classe, Macron et Macky Sall ont échangé avec les élèves. Dans une ambiance de satisfaction, le Président Macron demande aux élèves si tout se passait bien, notamment les heures et l’organisation des cours, avant de poser une question sur l’effectif dans la salle de classe : « depuis quand vous êtes à 28 dans la classe ?». Une élève répond : «Depuis trois jours !». Et de poursuivre : «nous étions 3 ou 4 par table-banc, l’année dernière». Dans le document de présentation, il est clairement mentionné que le projet a permis d’avoir désormais un effectif de 50 élèves par classe, d’améliorer les intrants de qualité, notamment en infrastructures et équipements et un projet d’établissement et formations. Cette réaction de l’élève montre, à suffisance, les tares d’un système éducatif au bord du gouffre. 
 
Boutiques et magasins fermés
L’image rappelle la visite du Président américain, Barack Obama, à Gorée où les habitants étaient sommés de rester chez eux. Hier, les propriétaires de boutiques et autres magasins en face de l’établissement ont payé les frais de l’inauguration du collège, en présence des Présidents Sénégalais et Français. Ils ont été sommés, par les forces de l’ordre présentes sur les lieux, juste avant l’arrivée des hôtes, de fermer. Pas de commerce jusqu’au départ des deux Présidents. « Thiey li… ! ». Vos factures seront les bienvenues certainement à la présidence pour une demie journée chômée et payée.
 
Brassards et pancartes
Un événement à côté de l’inauguration. Un groupe de personnes a exprimé son ras-le-bol envers le Président Macky Sall, à quelques encablures du collège. On pouvait lire sur les pancartes exhibées : «Macky Sall, voleur de pétrole et d’élections» ; «Rends-nous notre pétrole et nos cartes d’électeurs», etc. Une manière de rappeler la polémique sur les contrats relatifs à l’exploration et l’exploitation du pétrole au Sénégal.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Formation diplômante des IA, MC et PC, recrutement des inspecteurs, décret du corps des administrateurs scolaires
A L’HEURE DES REVENDICATIONS PEDAGOGIQUES
Suivi du programme national de développement sanitaire
DIOUF SARR POUR LA MUTUALISATION DES RESSOURCES
Difficiles conditions d’accès des populations aux structures sanitaires
AMADOU KANOUTE PLAIDE POUR DE BONNES POLITIQUES PUBLIQUES
Pour améliorer la prise en charge de la sante et survie de l’enfant
L’INSTITUT SOCIAL DE PEDIATRIE LANCE UN MASTER
Enseignement technique et formation professionnelle
DIONNE ANNONCE PLUS 81 MILLIARDS D’ICI 2020
Kaolack -promotion de la relève syndicale
PRES DE CINQUANTE PARTICIPANTES S’INVESTISSENT
Mise en œuvre de la loi d’orientation sociale
L’ETAT ANNONCE UNE PANOPLIE DE MESURES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22