Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Renforcement de l’offre éducative
PARIS ET DAKAR VEULENT OPTIMISER LA COOPERATION
Ibrahima Baldé | 02/02/2018 | 15H26 GMT
 
Dans la panoplie de coopération entre le Sénégal et la France, l’éducation occupe une bonne place. Les deux pays sont dans une dynamique d’éliminer les inégalités à travers la construction d’infrastructures scolaires et universitaires.
 
Même si l’activité à un relent international, la 3ème conférence de reconstitution des ressources du Partenariat mondial pour l’Education (Pme) est une occasion de consolidation des accords entre le Sénégal et la France et d’engager des projets. Surtout dans le domaine de l’éducation. Au-delà de la conférence dont l’objectif est de mobiliser jusqu’à 3,1 milliards de dollars de financement pour la période 2018-2021, le Sénégal et la France ont décidé d’accorder une priorité à l’insertion professionnelle des jeunes à travers des programmes de coopération dans le domaine de l’enseignement technique et professionnel. Ils seront articulés autour des besoins économiques du Sénégal.
 
S’agissant de l’Enseignement supérieur, les deux pays envisagent de mettre en place une commission mixte de pilotage stratégique sur l’enseignement supérieur, la recherche et la formation. Elle a comme objectif de favoriser les formations délocalisées au Sénégal d’universités et de grandes écoles françaises et à augmenter le nombre d’étudiants français au Sénégal. S’y ajoute un projet de création d’un grand campus franco-sénégalais dans la ville nouvelle de Diamniado qui sera étudiée. A l’occasion de la visite du président français, Emmanuel Macron au Sénégal, il est prévu la signature d’un protocole sur le campus universitaire sénégalo-français, pour des formations complémentaires. Il est aussi attendu la signature d’un accord de mobilité de volontaires de jeunesse dans les chantiers en France et au Sénégal.
 
En faveur de l’éducation et de la formation professionnelle, l’Agence française de Développement a engagé environ 77 millions d’euros, soit un peu plus de 50 milliards de Fcfa pour l’éducation et la formation professionnelle, de 2000 à 2015. L’enveloppe a permis de construire plus de 700 salles de classes, une centaine de classes réhabilitées, le tout permettant d’accueillir plus de 40 000 élèves. Sur l’apprentissage pratique dans des ateliers artisanaux et la théorie dans des établissements de formation professionnelle, dans les métiers de la mécanique auto, de la couture et du BTP, 700 jeunes apprentis ont été encadrés par 150 maîtres d’apprentissage. Dans le cadre de la construction de centres de formation professionnelle financés par l’AFD, on peut noter 3 centres ouverts en fin 2011, notamment le centre des Industries agro-alimentaires, situé à côté du lycée Delafosse, le centre des métiers de logistique portuaire, situé à Bel Air et le centre du bâtiment et travaux publics, situé à Diamniadio.

Certaines organisations de la société jouent la carte de la prudence sur ces investissements salutaires dans l’éducation nationale, pour une question de souveraineté nationale, disent-elles. La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) estime que le financement extérieur de l’éducation ne doit pas dépasser 5% pour éviter une ingérence extérieure. En conclave avant-hier, les organisations internationales de la société civile, actives dans le domaine de l’éducation, préconisent des systèmes de financement innovants sous l’angle de l’alignement à la stratégie nationale de financement.  
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Formation diplômante des IA, MC et PC, recrutement des inspecteurs, décret du corps des administrateurs scolaires
A L’HEURE DES REVENDICATIONS PEDAGOGIQUES
Suivi du programme national de développement sanitaire
DIOUF SARR POUR LA MUTUALISATION DES RESSOURCES
Difficiles conditions d’accès des populations aux structures sanitaires
AMADOU KANOUTE PLAIDE POUR DE BONNES POLITIQUES PUBLIQUES
Pour améliorer la prise en charge de la sante et survie de l’enfant
L’INSTITUT SOCIAL DE PEDIATRIE LANCE UN MASTER
Enseignement technique et formation professionnelle
DIONNE ANNONCE PLUS 81 MILLIARDS D’ICI 2020
Kaolack -promotion de la relève syndicale
PRES DE CINQUANTE PARTICIPANTES S’INVESTISSENT
Mise en œuvre de la loi d’orientation sociale
L’ETAT ANNONCE UNE PANOPLIE DE MESURES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22