A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Pourquoi sont-ils devenus, si arrogants et si insolents?
11/04/2017 | 11H39 GMT
 
Si je me permets de prendre ma plume en ce moment-ci, c’est sûrement pour partager avec mes compatriotes les quelques sentiments, sensations et appréhensions qui m’habitent et me hantent de façon permanente au point de paraitre à la limite obsessionnels. Et pour assurément aussi, arriver à la conclusion évidente que les tenants actuels du pouvoir dans mon pays semblent être atteints profondément d’amnésie. Eh oui ! Malheureusement oui !
 
Alors, je voudrais leur redire que si la répétition est pédagogique, le rappel est d’essence divine. Dans le Saint Coran (sourate  87, versets 9 et 10), Le CREATEUR nous instruit de RAPPELER A CHAQUE FOIS QUE D’UTILITE …ET QUICONQUE CRAINT DIEU, S’EN SOUVIENDRA… «… fa zakkir inna faati zikraa…saya zakkarou mane yakhchaa…». 
 
A l’approche d’échéances électorales, nous assistons à des cabrioles inutiles, des sorties, des mises en scène et autres manifestations inappropriées, malheureuses et ridicules. Voulant procéder le plus souvent à des constructions et déconstructions mentales et des façonnages d’opinion sur l’électorat sénégalais, nos gouvernants vont jusqu’à oublier qu’ils ont affaire à des Sénégalais intelligents, très intelligents même, très avisés, très en avance même sur eux, le plus souvent dans la lecture et le décryptage des signaux et des événements qui surviennent dans le champ politique, social, économique et culturel du pays et même en dehors. 
 
A la lumière de nombreuses péripéties enregistrées ces années-ci, mois-ci et jours-ci, il convient de leur rappeler que le Sénégal a un PEUPLE qui ENTEND, VOIT, SENT, REFLECHIT, ANALYSE et COMPREND TOUT. Cependant, comme ces gens sont si bavards, le PEUPLE parle PEU mais AGIT BEAUCOUP.  
 
Les huées essuyées à Paris et à Berne par le Président M.SALL ne sont surtout pas à minimiser. Certes, ce ne sont point les premières à être lancées à un Président en fonction aussi bien sur le territoire national qu’en dehors; MM. Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE ont leur dose, au point que le premier cité les assimilait « à la manifestation d’une haine viscérale de la part d’insignifiants opposants », le second disait que ce n’étaient que « les effluves d’une brise passagère ». Malheur leur est arrivé et ils ont été balayés. Vint alors, à la suite, le temps des regrets et des remords. M. SALL n’en est pas d’ailleurs à sa première expérience. Les exemples de Touba et du campus social de l’UCAD le prouvent à suffisance. Moralité : «fatté khadjou fi».
 
L’actuel locataire du palais présidentiel a, sur le feu de l’action, clamé que cette bronca était dérisoire car comparable «...à des bras qui veulent arrêter la mer». Ce commentaire est superflu. A mon humble avis, il devait se garder de les caractériser de la sorte car il donne le sentiment d’avoir été atteint au plus profond de son égo car  «kou wakh féegn».  
Toujours, ses partisans,  au premier plan desquels des responsables du gouvernement, de l’APR ou de BBY, ne lui rendent point service en débitant des «sottises» et des propos volant au ras des pâquerettes ou en dessous de la ceinture, ou encore se donnant en spectacle pour accueillir le Président durant ses tournées économiques, ou en squattant les journaux pour «descendre en flammes» leurs rivaux. Cette atmosphère de mépris, d’arrogance et d’insolence, de griserie et d’ivresse de pouvoirs, ressemble fort à s’y méprendre à celles que les sénégalais ont vécues en 1998-1999 avec le PS et en 2011-2012 avec le PDS. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, tenez-le pour dit !      
 
Des exemples foisonnent ; M. Seydou GUEYE y va allègrement jusqu’à « singer ou parodier leur tête de turc Abdoulaye WADE» avec sa boutade qui avait fait mouche malencontreusement car tournée en dérision « …je dirai à Maman que tu as bien travaillé…».  On sait ce qui leur est advenu. Allons, M. GUEYE, ne vous avisez point de vous mettre devant les Sénégalais pour leur dire que votre candidat a bien travaillé. Pire, des députés, des directeurs nationaux, des conseillers départementaux et municipaux s’en donnent à cœur joie avec arrogance, avec insolence. Un FARBA, n’en cache-t-il pas  un autre ? Moralité : «Si la longueur des oreilles était synonyme d’une bonne acuité auditive, jamais l’âne et toute sa descendance ne seraient tabassés» (dicton wolof).
 
M. le Premier Ministre M.B.A DIONNE, devant la représentation nationale a laissé entendre tout au moins ou tout au plus, a voulu donner de l’épaisseur « aux MYSTERIEUX DOSSIERS mis sous le COUDE» par le Président SALL (lui-même l’avait affirmé lors d’un voyage en Amérique). Pourquoi diantre, le PM voudrait-il nous faire croire  qu’il ne s’agirait en réalité que d’UN SEUL et UNIQUE DOSSIER, celui de Sindiély WADE ? Pourquoi ne l’a-t-il pas dit plus tôt ? Pourquoi avoir attendu maintenant ? Qui veut-on tromper ? Mais qui est fou ? Moralité : Du RESPECT, c’est juste ce que mérite ce GRAND PEUPLE. On ne peut TROMPER UN PEUPLE TOUT LE TEMPS.
 
M. Yakham Ndéné Codou MBAYE  «le fameux théoricien de la dynastie FAYESALL», veut désormais conquérir le Plateau et plus tard DAKAR pour avoir goûté aux délices du pouvoir. Il veut faire durer ce plaisir. Pour donner des gages de combativité, d’engagement et de loyauté à son leader, il est prêt et était même près «d’embraser le maquis» avec le mano à mano qu’il a voulu engager face aux jeunes d’Y EN A MARRE et contre Sidy Lamine NIASSE en filigrane avec l’activation du « dossier WALF» qui s’est révélé être un pétard mouillé. Président SALL , retenez que s’il advenait que  votre embarcation prenne eau, votre collaborateur de la 25ème heure serait l’un des premiers à vous lâcher. Moralité : «La vérité finit toujours par triompher», «deug moye moudj».
 
D’autres responsables et non des moindres, affichant des ambitions prétentieuses et tels des censeurs ou des procureurs, étalent leurs états d’âme par la médisance, les mensonges, les insanités, les insultes et «flinguent» non seulement les adversaires politiques mais aussi tirent sur des camarades de parti et des coalisés. C’est à ne plus rien y comprendre, ils donnent l’impression que l’APR n’est plus un parti en devenir mais plutôt présente l’image d’une armée mexicaine. Ça bouge de partout, l’APR se déchire, éclate en lambeaux à Dakar, Pikine, Podor, Guédiawaye, Touba, Saint-Louis, Matam, Ziguinchor, au COJER, au Réseau des enseignants…
 
Pendant ce temps, leur leader dort sûrement à poings fermés. Réveillez le lion ! Il dort toujours ? Moralité : « Kou fatté li la fal, sa folléékou bett la ».
 
Dans le même temps et c’est dommage, l’OPPOSITION divisée, subdivisée, traquée, poursuivie, accusée, embastillée, meurtrie, pour se donner bonne conscience ou plutôt pour faire bonne mesure, tente depuis quelques temps de se regrouper autour d’un leader consensuel, dont le rôle sera de créer les conditions d’une unité d’action réelle mais pas de façade. Ce dont doute un bon nombre de sénégalais avertis. Car ces OPPOSANTS NE SE FONT PAS CONFIANCE MUTUELLEMENT. Dès lors, comment voulons-nous que les sénégalais aient confiance en nous ? Là est la question !
Devrions-nous, chers compatriotes, nous complaire dans cette attitude qui ne consiste qu’à DEMETTRE un Président sortant et à ne point savoir en ELIRE réellement. MM.DIOUF (2000) et WADE (2012) ont été démis par le Peuple car qu’on le veuille ou non, MM.WADE(2000) et SALL (2012) ont été élus par défaut  «da nioo nior tabbi». Quiconque d’autre, à leur place, aurait gagné.
 
Mesdames, Messieurs de l’opposition, retenons au moins une chose : nous n’avons pas en face de nous, un NAIN POLITIQUE. Même s’il n’a pas le courage et la générosité de son ex. mentor Me WADE, pour autant, le Président M. SALL a un vécu à nul autre pareil, un parcours exceptionnel et un sens élevé de la stratégie politique ; à titre illustratif, sa plus grande réussite est celle d’avoir mis sous l’éteignoir ses deux plus grands « rivaux socialistes ou prétendus tels : Moustapha NIASSE et Ousmane Tanor DIENG Ces deux-là ont «vendu» leurs partis respectifs et peut-être leur âme au Président SALL. C’est certain que L.S.SENGHOR n’en reviendrait pas, s’il ressuscitait aujourd’hui. Il faut donc nous investir, nous débarrasser de nos ego démesurés ou surdimensionnés  et mouiller nos maillots. Le PEUPLE sénégalais dont la conscience citoyenne est très élevée, nous OBSERVE.        
 
De grâce, soyons plus humbles et plus respectueux du peuple sénégalais !
 
M. Modou DIOUF                                                                                                       
Conseiller Municipal- PS 
Responsable politique à
Touba-Toul     
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Réponse de Macky Sall au journaliste française Vincent Hervouet
CELEBRATION DES CINQ ANS DE MANDAT DU PRESIDENT MACKY SALL, ENTRE MANIPULATIONS, SUPPUTATIONS ET VEULERIES
POUR REVENIR AU POUVOIR, Me Wade tente un baroud d’honneur, sous le manteau trompeur, d’un soi-disant rassembleur, à l’occasion des prochaines législatives !
Véritables enjeux de pouvoir aux Législatives de Juillet 2017
LUTTE POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES NATURELLES
LE COMMANDANT DES FORCES DE DEFENSE ET DE SECURITE SUR LA LIGNE DE FRONT
Ce TER, un scandale financier de plus
Lettre d’un discipline à son Maître Spirituel
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22