Mise à jour: 17/02/2017 à 11H26 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
PLATEFORME D’ACCELERATION DE LA PLANIFICATION FAMILIALE EN AFRIQUE DE L’OUEST FRANCOPHONE
«THE CHALLENGE INITIATIVE» D’INTRAHEALTH OFFRE LE MODELE DE SURVIE
Denise ZAROUR MEDANG | 17/02/2017 | 11H09 GMT
 
«Intrahealth» a lancé jeudi dernier, la plateforme d’accélération de la planification familiale en Afrique de l’Ouest Francophone avec le modèle « the challenge initiative » qui sera exécuté dans les villes de l’espace concerné.  Selon les acteurs, avec le défi urbain mondial qui prend des proportions, il urge de mettre en place ce programme afin de garantir un meilleur avenir aux familles et aux villes. Le lancement s’est fait hier, jeudi, à Dakar, par le ministre des forces armées du Sénégal, le docteur Augustin Tine.
 
La planification familiale reste un des meilleurs mécanismes pour la réduction de la mortalité maternelle et infanto-juvénile. Selon le directeur général d’intrahealth international, Papa Gaye, les pays à faible taux de planification familiale subissent le lourd tribut en mortalité maternelle. C’est le cas du Niger. 
 
Ainsi pour renverser la tendance, il faut améliorer, selon lui, le secteur avec la mise en place du programme «the challenge initiative» qui englobe la santé reproductive urbaine qui sera déployée à grande échelle.  Lancé jeudi dernier, à Dakar, les acteurs vont travailler en étroite collaboration avec les élus locaux. Une manière de les amener à prendre eux-mêmes, cette question en charge. « L’innovation pour cette plateforme sera de confier l’exécution des programmes aux collectivités locales et le ministère de la santé et les partenaires se chargeront des aspects techniques», a confié Thérèse Mahe Diouf Ba, directrice de la plateforme d’accélération de la planification en Afrique de l’Ouest francophone. 
 
Pour la réussite dudit programme, les acteurs entendent s’appuyer sur l’expérience sénégalaise, devenue un modèle dans la sous-région. «Le Sénégal a fait beaucoup de progrès dans ce domaine. Le taux de pénétration est salutaire. Nous allons nous baser sur cette expérience pour pouvoir le reproduire dans les autres pays concernés par le programme afin d’arriver à lever les barrières sociales », a fait savoir M. Gaye. Pour ce nouveau programme, les villes devront postuler pour être éligibles. 
 
A cet effet, un certain nombre de critères a été mis en jeu dont l’engagement politique et la volonté de mettre le programme à exécution. «Nous avons eu la présence des maires pour le lancement. C’est un bon début, nous espérons les avoir dans la mise en place du programme. Certes, toutes les villes ne seront pas enrôlées dans le programme en même temps. Il y a des critères de sélection, mais d’autres pourront être intégrés progressivement», fait savoir Thérèse Mahé Diouf Ba. 
 
Et de poursuivre que la prochaine étape du projet sera de passer à la restitution des différentes décisions prises au cours de leur conclave qui a duré trois jours (14 au 16 février) dans les bases respectives. Le ministre des forces armées, docteur Augustin Tine, venu présider la cérémonie de lancement, a exhorté les élus locaux à soutenir le programme et à travailler pour sa pérennisation. Ainsi, dira-t-il à leur endroit : «vous avez bien compris que la santé est une compétence transférée. Elle n’est pas uniquement l’affaire du gouvernement, mais de tous. Il faut soutenir le projet à travers vos propres fonds car la planification familiale demeure la stratégie de lutte contre la mortalité maternelle».     
 
Rappelons,  selon les acteurs, que le nouveau modèle de développement «the challenge initiative»  offre l’opportunité sans précédent d’avoir un impact considérable sur la santé reproductive des communautés urbaines pauvres et défavorisées. 
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
AMADOU DIAW, PDG ISM SUR L’ADEQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI
«PRES DU TIERS DES METIERS D’AUJOURD’HUI DISPARAITRONT DANS LES 20 PROCHAINES ANNEES»
BUDGET MINISTERE DE L’EDUCATION
COSYDEP DECELE UNE GESTION «INEFFICACE» ET «INEFFICIENTE»
VIOLENCES DE GENRE EN MILIEU SCOLAIRE
246 MILLIONS D’ELEVES VICTIMES RECENSES CHAQUE ANNEE
PROBLEMATIQUE DE L’EMPLOI AUX JEUNES
LA RECETTE DE LA CEJDES
SEDHIOU - PREELIMINATION DU PALUDISME A L’HORIZON 2020
BOUDIE SAMINE DANS LA DYNAMIQUE
UN MOIS APRES L’OUVERTURE DU CENTRE DE CARDIOLOGIE PEDIATRIQUE DE FANN
20 ENFANTS BENEFICIENT DE SOINS CHIRURGICAUX
PANNE DE L’APPAREIL DE RADIOTHÉRAPIE DE L’HÔPITAL LE DANTEC
LA SECTION B DE L’ORDRE DES MEDECINS JOUE AU MUET
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22