Mise à jour: 07/12/2017 à 11H54 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Bambey - violences basées sur le genre
UN PLAN D’ACTION POUR SENSIBILISER LES ACTEURS SUR LA QUESTION
Adama NDIAYE | 07/12/2017 | 11H49 GMT
 
Une tournée en bus, dans le cadre de la campagne de 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles, c’est la trouvaille des acteurs pour sensibiliser les populations sur ce phénomène. La caravane était hier, mercredi 06 décembre, au centre des personnes handicapées de Bambey. Il s’agissait de partager avec les femmes, les filles et les autorités locales sur les formes de violences basées sur le genre afin de trouver des solutions avec la mise en œuvre d’un plan d’action.
 
56.8% des femmes dans les régions d’intervention du programme de prise en charge des victimes de violence basées sur le genre ont déjà subi des violences physiques, 69% ayant été victime de violences  psychologiques. Et 60% des femmes sénégalaises considèrent qu’il est juste qu’un mari batte sa femme. C’est pour une prise en charge multisectorielle des victimes de violence basées sur le genre, un plan d’action a été mise en œuvre. Et, dans le cadre de la campagne de 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles, une tournée en bus, a été organisée par les acteurs pour sensibiliser les populations sur ce phénomène. La caravane s’est arrêtée hier, mercredi 06 décembre, au centre des personnes handicapées de Bambey.
 
En effet, les violences faites aux femmes handicapées sur tous les plans est un phénomène très récurrent dans la zone de Bambey.  Elles souffrent d’une discrimination. Diaw Ndiaye, la présidente de l’Association féminine de Bambey explique: «nous ne pouvons pas nous  marier, nous ne pouvons  également pas avoir des enfants. Il y a même des gens qui violent des femmes handicapées et qui rejettent la paternité de leur enfant.  Il y a des gens qui veulent souvent se marier avec elles, mais certains font des préjugés pour nous accuser d’être des  femmes sources de malheur. Nous sommes victimes de violences économiques. Nous n’avons pas reçu de financements depuis 2002», déplore-t-elle.
 
Ces  personnes vivant avec un handicap souffrent de toutes les formes de violences  économiques, psychologiques  et physiques  au niveau de Bambey. La  chargée du suivi évaluation au niveau de Neema, Mbayang Gueye Sall confirme l’existence de violence au niveau du district sanitaire  de Bambey. «Les femmes vivant avec un handicap ont parlé de violences psychologiques, de violences physiques. Il y a des femmes et des hommes qui sont battus, victimes de mariages précoces qu’on peut mettre dans les formes de violences sexuelles. Il y a toutes les formes de violences au niveau du district sanitaire de Bambey.»
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Saly-Portudal - Lutte contre la traite des personnes
UN NOUVEAU PLAN TRIENNAL EN GESTATION
Direction générale du quotidien national le soleil
YAKHAM MBAYE REMPLACE CHEIKH THIAM
Sagne Bambara - Gamou annuel de Cheikh Nouridine Samba Diallo
SOUS LE SIGNE D’UN HOMMAGE A OUSMANE DAN FODIO
L’EAU, L’ASSAINISSEMENT ET LA SECURITE AU MENU
Cérémonie de remise de diplôme et d’épaulette à Djibelor
LE CENTRE NATIONAL DE FORMATION DES TECHNICIENS EAUX ET FORETS ET CHASSE SORT DE SA TORPEUR
Défis transnationaux et lutte contre le trafic de stupéfiants et la criminalité
75 MILLIONS F CFA POUR LE FINANCEMENT DU LABORATOIRE D’ANALYSE DES DROGUES
Aly Ngouille Ndiaye sur l’incendie du Parc Lambaye
«JE PRENDRAIS MES RESPONSABILITES…»
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22