Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Le Sames corse la lutte pour l’application des accords
VERS UNE CENTRALISATION DES URGENCES DU 20 AU 22 FEVRIER PROCHAIN
Denise ZAROUR MEDANG | 05/02/2018 | 09H46 GMT
 
Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) en appelle à une centralisation des urgences du 20 au 22 février prochain, après la grève de 72h prévue la semaine prochaine.  Cette annonce est faite, samedi dernier à Dakar, lors d’un point de presse. Les camarades du docteur Boly Diop ont aussi fait le point sur les 72 heures de grèves observées la semaine passée à Dakar. Selon le secrétaire général, si l’on se fit  aux résultats des comptes nationaux  de la santé  de 2013, une perte  sèche de 3 milliards 368 millions de F Cfa  a été notée pour les structures de santé.
 
Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) a décidé de corser le combat, après la grève de 72 heures tenue la semaine passée. Pour ce mois de février, le Sames va encore observer 72 heures d’arrêt de travail, avec comme particularité, la centralisation des urgences. En conférence de presse, samedi dernier dans leurs locaux, les camarades du docteur Boly Diop, secrétaire général du Sames, soutiennent qu’au moment venu, un communiqué sera rendu public sur le déroulé et le plan d’exécution du mot d’ordre. «Nous allons communiquer sur les structures de santé qui vont abriter les urgences à tour de rôle pendant les trois jours de grève. Et, ce sera le même cas dans les régions. Les citoyens auront l’information et sauront où aller se faire soigner», a déclaré docteur Boly Diop.  
 
Pour le secrétaire général du Sames, cette centralisation des urgences sera une première dans l’histoire du monde syndical. Toutefois, il fait reconnaitre que la situation pourrait s’empirer si l’Etat ne règle pas leurs problèmes. «Du service minimum, on peut même aller jusqu’à refuser de dispenser des soins. Mais, on n’en est pas encore arrivé à ce stade et on espère que le gouvernement va se ressaisir pour régler le problème des Sénégalais. Mais, en attendant, le Sames reste déterminé à aller jusqu’au bout», a-t-il souligné.
 
Le Sames a aussi profité de l’occasion pour faire le point sur les 72h de grève déroulée la semaine passée sur tout le territoire sénégalais.  De l’avis de docteur Boly Diop, l’analyse a montré que le mouvement de grève  a été suivi dans tous les hôpitaux  du Sénégal, en dehors de l’hôpital Principal de Dakar et l’hôpital militaire d’Ouakam; soit 99% des structures du Sénégal.   Du point de vue financier, docteur Boly Diop a renseigné qu’en se basant sur  les résultats de compte nationaux  de la santé de 2013, en tenant compte des dépenses de la santé des ménages par paiements directs, «la grève de 72h à provoqué une perte sèche de 3 milliards 368 millions pour les structures de santé» a-t-il soutenu.  
 
Le Sames a aussi rappelé que, par rapport aux négociations, le Bureau exécutif national a été reçu par le ministre de la Santé, par celui de la Fonction publique et celui de l’Urbanisme. Cependant, aux termes des discussions, «malgré les engagements verbaux de la partie gouvernementale pour le règlement des points de revendications de la plateforme du Sames, notre syndicat considère que ces déclarations d’intention ne peuvent être prises pour argent comptant». Rappelons que le Sames déroule son plan d’action revendicative pour le respect des accords déjà signés par le gouvernement, allant de la revalorisation des salaires, le logement, les prêts d’équipements pour les nouveaux recrus, entre autres.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Formation diplômante des IA, MC et PC, recrutement des inspecteurs, décret du corps des administrateurs scolaires
A L’HEURE DES REVENDICATIONS PEDAGOGIQUES
Suivi du programme national de développement sanitaire
DIOUF SARR POUR LA MUTUALISATION DES RESSOURCES
Difficiles conditions d’accès des populations aux structures sanitaires
AMADOU KANOUTE PLAIDE POUR DE BONNES POLITIQUES PUBLIQUES
Pour améliorer la prise en charge de la sante et survie de l’enfant
L’INSTITUT SOCIAL DE PEDIATRIE LANCE UN MASTER
Enseignement technique et formation professionnelle
DIONNE ANNONCE PLUS 81 MILLIARDS D’ICI 2020
Kaolack -promotion de la relève syndicale
PRES DE CINQUANTE PARTICIPANTES S’INVESTISSENT
Mise en œuvre de la loi d’orientation sociale
L’ETAT ANNONCE UNE PANOPLIE DE MESURES
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22