Mise à jour: 17/02/2018 à 09H55 GMT
 
A la Une | Editorial | Analyses | Chronique | Dossiers | 100% Sud | Mon Sud a moi | Journal des internautes
 

 
 
 
 
Procès du maire de Dakar Khalifa Sall
VIVE ALTERCATION ENTRE LE JUGE LAMOTTE ET ME OUSSEYNOU FALL
Nando Cabral GOMIS | 09/02/2018 | 10H08 GMT
 
Le procès concernant l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar a enregistré hier, mercredi 8 février, un nouvel incident. Le président du tribunal, Malick Lamotte, a eu une vive altercation verbale avec Me Ousseynou Fall de la défense sommé de quitter la salle par le juge avant que ce dernier ne revienne sur sa décision.
 
La tension a encore monté d’un cran hier, à la salle 4 du Palais de justice de Dakar où se déroule depuis deux semaines le procès Khalifa Sall et co-prévenus devant le tribunal correctionnel. Le président Lamotte a eu une vive altercation verbale avec Me Ousseynou Fall de la défense de Khalifa Sall. L’incident est parti du refus du juge d’accorder une demande à faire une observation luminaire exprimée par l’avocat au moment même où ce dernier s’apprêtait à prendre la parole pour poser ses questions aux prévenus rejette.

Répliquant alors, Me Ousseynou Fall lance : «Un avocat dans sa mission est libre dans ses propos, je vous respecte mais je tiens à vous dire qu’on ne me dicte pas la conduite à tenir». «Je suis désolé mais le tribunal ne l’accepte pas puisqu’on est dans les débats» campe le juge Lamotte en faisant remarquer à l’avocat qu’il est en train de perturber l’audience. «Je ne perturbe pas, vous m’avez donné la parole et je dois organiser ma défense comme je le veux. Vous n’avez pas à nous indiquer comment nous devons procéder. Nous ne sommes pas des fonctionnaires, nous ne sommes pas des juges, nous sommes des avocats», riposte encore Me Fall.
 
Reprenant la parole encore, le président du tribunal sur un ton ferme interpelle Me François Sarr, coordonnateur du collectif des avocats de la défense. «Le tribunal ne saurait accepter aucune dérogation. Me François Sarr, c’est vous le coordonnateur de la défense, je m’adresse à vous pour vous réaffirmer que Me Ouseynou Fall perturbe notre audience. Je ne souhaiterai pas prendre une mesure extrême». Celui-ci ripostera : «Depuis le début du procès, vous m’avez refusé la parole. Un avocat, dans sa plaidoirie, a le droit de dire ce qu’il veut. Et, pour la bonne continuation des débats, laissez-moi prendre la parole. J’ai le droit de défendre mon client comme je l’entends. J’ai 35 ans d’expérience et vous vous avez une courte carrière».  Le président du tribunal tranche alors avant de suspendre l’audience dans la foulée.  «Nous allons prendre notre responsabilité. Nous demandons à Me Ousseynou Fall de se retirer. Je ne lui donnerai plus la parole», Mais, après une pause de trente minutes, l’audience a repris avec toujours Me Fall dans la salle. Prenant alors la parole, le procureur de la République a sollicité la compréhension du tribunal pour dit-il, «permettre que nous poursuivons ce procès avec tous les avocats».
 
Prenant la parole au nom de ses collègues de la défense, Me Fonfana a abondé dans le même sens. De même qu’Antoine Felix Diome de l’Agence judiciaire de l’Etat. Face à ces différentes sollicitations, le juge Lamotte dira :«je n’ai aucun problème avec les avocats, particulièrement avec Me Ousseynou Fall». Et cette page de l’incident était définitivement fermée par Me Ousseynou Fall qui a repris la parole pour continuer son interrogatoire. Il faut juste souligner que cet incident intervient vingt-quatre heures après les échanges de propos aigres-doux entre le procureur de la République et le député-maire de Dakar.
 
Commentaires (0 )
 
    • Veuillez saisir votre nom
      Invalid format.L'adresse n'est pas valide
      Exceeded maximum number of characters.Veuillez saisir votre message
      Security Code
      Le code n'est pas valide
 
 
Procès de la caisse d’avance de la mairie de Dakar
L’AJE RECLAME A KHALIFA SALL ET CIE 6.830 MILLIARDS
Polémique autour de l’accord sur le gaz sénégalo-mauritanien
MACKY «TACLE» IDY
Me Ousmane Diagne, avocat Etat du Sénégal
PLAIDOIRIE POUR UNE CONFIRMATION DES DELITS RETENUS CONTRE LES PREVENUS
Me Baboucar Cissé, du collectif des avocats de l’Etat
«LES PREVENUS SONT COUPABLES ET IL CONVIENT DE LES CONDAMNER»
Organisation d’élections transparentes, modification du code électoral…
BENNOO BOKK YAAKAAR «RECADRE» L’OPPOSITION
Candidature plurielle pour battre Macky Sall à la présidentielle de 2019
L’OPPOSITION VOTE «OUI»
Accord bilatéral sur le gaz signe entre le Sénégal et la Mauritanie
IDY «PRESSE» MACKY
 
 
 
 
   
 
 
 
Sud Quotidien Amitié II x Bourguiba BP : 4130 DAKAR Tél : (+221) 33 824 33 06 / (+221) 33 824 33 15 Fax : (+221) 33 824 33 22